11/05/2007

Formation des journalistes : Genève, une équipe qui perd !

Il y a quelques mois, nous avons appris par presse écrite et radio que deux cantons romands voulaient mettre sur ped une formation universitaire de journalisme. Neuchâtel et Genève.

C'est très bien. Sauf que nous apprenons aujourd'hui, sans surprise, que c'est Neuchâtel qui reçoit le soutien des professionnels des médias.

Pourquoi sans surprise ? Parce que l'Université de Genève a désigné - ou avalisé ou subi - comme concepteur du projet le professeur Ueli Windisch. Or M. Windisch est un professeur de sociologie, qui est à la sociologie ce que le pape est à la sexualité... il en cause... Bon, c'est du niveau de Pascal Décaillet, "beauf", proche des "idées" de l'UDC... quand on l'entend, on n'a pas l'impression d'être à l'Uni, mais au café du commerce... je me souviens encore de forums de la radio romande où il était l'invité "sociologue" pour commenter - et fondamentalement légitimer - des "propositions" de l'UDC...

...Mais je me demande quand même comment Genève peut sérieusement avoir désigné comme concepteur du projet M. Windisch, sauf peut-être à vouloir faire capoter le projet dès le départ...

Je ne vois pas d'autres explications, mais si vous en avez, cela m'intéresse !

21:56 Publié dans médias | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Facebook

Commentaires

Je cherchais des infos sur les crédits hypotécaires et je tombe sur ce commentaire... y a pas que les tpg qui ont des fonctionnements étonnants! Pour Windisch, je l'ai pratiqué un tout petit peu. mais vraiment un tout petit peu. j'étais étudiant et je cherchais un sujet de 5e oral de licence, l'intitulé de son cours était bien. Je me souviens d'être allé le trouver avec un peu de pitié pour sa prestation pathétique - il avait oublié de préparer un cours et s'en était pris à ses étudiant qui n'avaient pas préparé d'exposé. Pour meubler 3 heures d'affilée, c'était un peu pénible. Pour tous, d'ailleurs. Bref, je m'approche de l'estrade, il m'en barre l'accès. J'ai pas compris tout de suite. Plus tard, je suis allé le trouver dans son bureau. il était assis sur une façon de tabouret de bar et adressait à ses hôtes une chaise à traire. Les genoux autour des oreilles, ça donne chaud et empêche d'entendre toutes les conneries. Bref, le nain n'aime pas se sentir amoindri... parce que par l'esprit, il ne vole effectivement pas très haut.
Son bouquin dont il est très fier, un truc de 500 pages sur les clivages en Suisse, est à ce titre étonnant, jusqu'à ce que l'on apprenne qu'il n'a en fait qu'écrit quelques lignes... le reste, on le doit aux travaux de séminaires de ses étudiants - validés par une attestation e séminaire, mais jamais restitués - et qui n'ont jamais été consultés pour la publication!
Comment il a obtenu le poste - tout de même mis au concours - alors que d'autres candidats en lice présentaient un parcours intéressant? Mais... justement parce qu'il avait déjà à l'époque le profil du parfait crétin!Je ne me souviens pas en détail du collège de socio à sa nomination - ce n'était pas ma faculté - mais s'il a été choisi, c'était précisément pour sa qualité de crétin. Ainsi, il ne ferait pas de l'ombre à d'autres professeurs.
Ce qui reste étonnant, c'est qu'il soit toujours en poste. c'est là un trait de son intelligence: il sait suffisamment manigancer pour que personne ne termine un thèse dans un domaine proche. d'autres l'ont compris et savent très bien manipuler le bobet à l'ego surdimensionné.

amitiés
christophe

Écrit par : haberlin | 23/08/2007

Je cherchais des infos sur les crédits hypotécaires et je tombe sur ce commentaire... y a pas que les tpg qui ont des fonctionnements étonnants! Pour Windisch, je l'ai pratiqué un tout petit peu. mais vraiment un tout petit peu. j'étais étudiant et je cherchais un sujet de 5e oral de licence, l'intitulé de son cours était bien. Je me souviens d'être allé le trouver avec un peu de pitié pour sa prestation pathétique - il avait oublié de préparer un cours et s'en était pris à ses étudiant qui n'avaient pas préparé d'exposé. Pour meubler 3 heures d'affilée, c'était un peu pénible. Pour tous, d'ailleurs. Bref, je m'approche de l'estrade, il m'en barre l'accès. J'ai pas compris tout de suite. Plus tard, je suis allé le trouver dans son bureau. il était assis sur une façon de tabouret de bar et adressait à ses hôtes une chaise à traire. Les genoux autour des oreilles, ça donne chaud et empêche d'entendre toutes les balivernes proférées à cette occasion. Bref, le nain n'aime pas se sentir amoindri... parce que par l'esprit, il ne vole effectivement pas très haut.
Son bouquin dont il est très fier, un truc de 500 pages sur les clivages en Suisse, est à ce titre étonnant, jusqu'à ce que l'on apprenne qu'il n'a en fait qu'écrit quelques lignes... le reste, on le doit aux travaux de séminaires de ses étudiants - validés par une attestation e séminaire, mais jamais restitués - et qui n'ont jamais été consultés pour la publication!
Comment il a obtenu le poste - tout de même mis au concours - alors que d'autres candidats en lice présentaient un parcours intéressant? Mais... justement parce qu'il avait déjà à l'époque le profil du parfait crétin!Je ne me souviens pas en détail du collège de socio à sa nomination - ce n'était pas ma faculté - mais s'il a été choisi, c'était précisément pour sa qualité de crétin. Ainsi, il ne ferait pas de l'ombre à d'autres professeurs.
Ce qui reste étonnant, c'est qu'il soit toujours en poste. c'est là un trait de son intelligence: il sait suffisamment manigancer pour que personne ne termine un thèse dans un domaine proche. d'autres l'ont compris et savent très bien manipuler ce personnage à l'ego surdimensionné. Cela en fait quelqu'un de précieux.

amitiés
christophe

Écrit par : haberlin | 23/08/2007

Les commentaires sont fermés.