25/10/2007

En passant par la Place des Nations… souvenirs, souvenirs… et je pense aussi à la traversée de la Rade…

Mercredi après-midi, 18h. Je rentre de chez un client en bus. Je m'arrête à la Place des Nations avec le 5 pour prendre le 11.

Je longe le trottoir côté UIT. Je regarde la place. Je suis exactement dans l'axe de la chaise avec dans le prolongement l'entrée de l'ONU… et en me retournant, (presque ?) exactement dans l'axe de l'œuvre représentant le canon tordu ! Rien à dire, même avec les fontaines éteintes, c'est beau ! Les matériaux sont beaux, l'ensemble est beau, la chaise instable, fragile, face à l'ONU, instable, fragile faisant miroir à un canon tordu, espoir de Paix… c'est vraiment beau !

Et ça me rappelle des souvenirs.

D'abord, l'article de la Tribune le jour ou la veille de l'inauguration officielle par Ferrazzino, qui dénonçait le caractère soi-disant "provincial" de la place (regrettant l'absence d'animation mais – comme par hasard – oubliant de relever que c'est notamment en raison du TCS que cette place n'est pas davantage "piétonne").

Ensuite le Grand Conseil, avec la majorité de Droite qui se venge "à la beauf" de la Ville (je ne sais plus si c'est à cause du vote négatif au sujet du Stade) en refusant de verser le montant pourtant prévu par un accord signé entre la Ville et le Canton à ce sujet.

Aussi la Commission d'aménagement du Conseil Municipal de la Ville, qui avait étudié ce projet quand j'y siégeais. Les Verts qui voulaient – à tort à mon avis à cet endroit – une place perméable et plus "verte".

Je me souviens aussi de Philippe Joye. Qui avait fait un méga-projet pour la Place des Nations et ses alentours quand il était Conseiller d'Etat. Qui avait été refusé en votation populaire. Evidemment. Ce n'était – comme souvent avec lui – que du béton et du blabla. Philippe Joye, c'est aussi le rappel de la destruction de la Villa Blanc à Sécheron sur la parcelle dite du foyer et appartenantau promoteur Nessim Gaon et à sa famille. Au prétexte qu'une "Maison Europa", siège et ambassades européennes à Genève, allait voir le jour sur cette parcelle. La Villa Blanc a été rasée au milieu de l'été, lâchement, alors que l'autorisation de construire la Maison Europa n'avait pas été délivrée. Et que plus personne n'en a jamais entendu parler depuis que Joye n'est plus au Conseil d'Etat !  

C'était il y a fort longtemps, 1994 je pense, j'habitais à la Rue de Lausanne et j'étais pendant un certain temps président de l'association des Habitants de Prieuré-Sécheron, créée pour l'occasion, et nous étions allés contester l'autorisation de construire délivrée par Philippe Joye à Nessim Gaon pour ce projet pharaonique : l'avocat de Nessim Gaon était… Michel Halpérin et le notre était… Christian Ferrazzino… nous avons gagné.

Une fois, plus tard, quand j'étais encore Conseiller municipal en ville, manque de bol, je vais au Grand Théâtre avec les excellentes places d'apparatchiks dont on bénéficiait (ne vous inquiétez pas, cela ne m'empêche pas d'y aller toujours en payant mon abonnement à l'amphithéâtre) et j'ai comme voisin Philippe Joye… non seulement il n'a pas pu s'empêcher de me faire un commentaire élogieux sur ses propres nombreuses réalisations (lesquelles ? mystère !) en faveur de Genève, mais en plus il s'est endormi – tendance ronflements - au premier acte… Heureusement, il est parti à la pause…

Alors, quand je vois cette belle Place des Nations, réalisée et réussie, surtout en réalisant l'exploit de donner réellement une impression de continuité entre les deux côtés de la route de l'Avenue de France, je ne peux m'empêcher de penser "Bravo Ferra !" et aussi aux dernières nouvelles que nous avons eues de Joye dans la Tribune, sans aucun esprit critique me semble-t-il, sur une page entière il y a quelques mois: un projet de traversée de la Rade… et ça aussi, ça me rappelle quelque chose…

02:23 Publié dans Général | Lien permanent | Commentaires (3) | |  Facebook

Commentaires

a chacun ses références! Pour moi le marquis rouge est une triste et mauvaise souvenire!

Se prétendre de gauche et oser faire ce qu'il a fait à la roue du stande c'est honteux!

Mais c'est aussi que vous soutenez le dépouté Brounier qui touche des bonus pour lui au lieu de savoir comment on baisse les tarif.

Au fait comment faites vous pour vous balader la journée en bus?

Moi et tous les autres on travaille monsieur!!!!

Pour la rade, moi j'étais pas là quand les genevoises ont voter pour cette traversée, mais je sais que le peuple il a dit oui massive.

Alors la voix du peuple, elle a moins de valeur quand elle ne dit pas ce que vous voulez???

C'est une drôle de gauche. C'est la gauche de Hugo Chavez.

NON MERCI! Si vous êtes nostalgique de cette gauche là, allez au Venezuela et vous verrez comme drôle!

Écrit par : Amarildo Torres | 25/10/2007

Tiens ! Il n'y a pas qu'à Genève que les effluves de pétrole font des ravages ! C'est encore pire au Venezuela on dirait ! Quelle idée c'est vrai que d'aller chez des clients en bus ou à vélo ! Je n'ai qu'à prendre un 4x4, comme les égoïstes qui se foutent de griller 15 litres de pétrole au 100km pour bouger leurs 100kg de graisse de frimeurs dans une tonne de ferraille ! Il ne doit pas y avoir assez de bagnoles à Genève... mais je ne m'en étais pas rendu compte ! Vroum, vroum...

Écrit par : Roger Deneys | 25/10/2007

Mon pauvre Don Deneys,

Vous êtes comme Chavez, vous dénigré ceux qui ne sont pas d'accord avec vous.

Qui vous a dit que je roule en 4X4?

J'ai un vélo car vu les impôts que les petits doit payer, il y pas de chance que j'ai un 4x4!

Moi ce que je m'étais pas rendu compte c'est que les socialistes genevoises ils sont comme les marxistes Ortega, Chavez et tous les autres, vous êtes en fait des refoulés!

Je crois que vous avez aussi soutenu votre copain Brunier dans l'encaissement des bonus douteuses pour pas dire plus.

Je suis heureux de savoir que vous pouvez vous permettre de perdre du temps dans les bus pour aller voir clients.

Mais c'est vrai aussi que c'est nos impôts qui paient votre abonnment TPG.

Alors bon prout prout avec votre bus, moi j'ai pas le temps car mes heures de loisirs urbains ne sont pas payés ni par mes clients ni par les impôts de nos concitoyens.

Si vous croisez le marquis rouge dans une prochaine réception à nos frais, remerciez-le d'avoir eu la décence de débarrasser le plancher.

Hasta luego compañero

Écrit par : Amarildo Torres | 26/10/2007

Les commentaires sont fermés.