02/11/2007

Insécurité routière : peu d'espoir que ça change à Genève

 

 

Les nombreux morts sur les routes genevoises, en particulier ces derniers jours, me donnent des frissons dans le dos. Comment ne pas penser à ces vies gâchées, à ces enfants perdus à jamais, à ces parents effondrés. A toutes ces vies brisées. Père de 2 petits enfants, je ne peux m'empêcher de penser que cela pourrait aussi m'arriver un jour, bien malgré moi, bien malgré eux. Alors je pense à ces parents qui ne retrouveront plus leur enfant. C'est moche, c'est injuste. C'est vraiment terrible.

 

 

 

Certains prendront peut-être ces événements avec plus de philosophie, "la mort fait partie de la vie", mais autant cette phrase est nécessaire quand l'inévitable – la maladie grave, l'accident stupide - se produit, autant elle me semble inacceptable quand les événements ont des causes identifiées, connues et surtout évitables.

 

 

Je n'accepte pas la fatalité dans ce cas-là.

 

 

C'est peut-être parce que j'ai un caractère un peu contemplatif, j'aime regarder, essayer de comprendre ce qui se passe derrière les apparences, peut-être aussi parce que je fais du vélo en ville (presque) au quotidien depuis des années(1), je ne peux m'empêcher de penser en voyant la situation sur les routes que depuis très longtemps, au moins depuis que Ramseyer siégeait au Conseil d'Etat, aucune action digne de ce nom n'est menée à Genève pour lutter contre les dangers mortels liés à la voiture. Seul Bernard Bertossa avait, comme Procureur Général, donné un signal clair en condamnant beaucoup plus sévèrement les automobilistes ivres.

 

 

Notre société – ses dirigeants et ses autorités dont la police, sa majorité politique, ses principaux acteurs économiques – semble considérer que la mort part la voiture est une fatalité qui ne mérite pas qu'on s'y intéresse vraiment au delà de la compassion à exprimer lorsque des événements tragiques surviennent.

 

 

Lorsque je présidais l'ASPIC il y a quelques années et que je n'avais pas encore d'enfant, j'avais décidé une fois "pour voir" de faire un test en téléphonant systématiquement à la police pour dénoncer les comportements des automobilistes les plus dangereux pour les plus faibles d'entre nous (piétons, cyclistes) et demander une intervention de leur part pour faire cesser l'infraction : pendant 15 jours, c'était comme de vouloir soulever des montagnes : la police ne se sentait jamais concernée. Voitures garées sur des passages piétons ou sur des bandes cyclables, même à contresens comme vers le BFM : impossible de les faire intervenir. Rien. Signalant une voiture garée en plein milieu d'un passage piéton, j'avais même eu droit à cette réponse sidérante de l'agent : "Mais est-ce que ça vous gêne personnellement ?". Ben voyons, si c'est les autres qui sont en danger ou se font écraser, pourquoi est-ce que je m'en préoccupe… Et ce n'était pas simplement des réponses visant à expliquer qu'ils étaient surchargés, mais c'était méprisant : comment avais-je osé déranger la police pour des choses aussi futiles ?

 

 

Cette impression de je-m'en-foutisme perdure et il ne me semble pas déceler une attitude réellement plus stricte de la part de la police. La réponse du Conseil d'Etat à mon interpellation urgente écrite déposée en 2006 (http://www.ge.ch/grandconseil/data/texte/IUE00275A.pdf) n'est d'ailleurs pas de nature à me rassurer car elle transpire une autosatisfaction qui ne résiste pas à l'analyse de la situation sur le terrain : ce n'est pas parce que les infractions et les amendes sont nombreuses en chiffre absolu qu'elles représentent des pourcentages significatifs du total des infractions !

 

 

Or si la police n'est pas active à longueur d'année pour lutter contre les infractions de la circulation, rien ne va réellement et durablement s'améliorer : on dirait que nous oublions que les adultes sont des modèles pour les enfants et que toutes les théories sur la sécurité routière sont balayées en une demi-seconde quand un enfant voit ses parents commettre des infractions sous ces yeux. Le "faites ce que je dis, pas ce que je fais", c'est du pipeau ! Et c'est surtout suicidaire.

 

 

En marchant, en pédalant, en étant à une terrasse ou au bureau (j'ai une vue plongeante sur la Rue des Deux-Ponts), c'est tout simplement sidérant : de jour comme de nuit, il n'y a pas une minute sans que des infractions de circulation potentiellement dangereuses pour les autres ne soient commises : feux rouges ou stops grillés (il y a 10 jours, c'était à la bifurcation vers le Boulevard Saint-Georges : l'automobiliste était fort surpris que je l'engueule alors qu'il avait failli m'écraser en brûlant le feu rouge), double-lignes franchies impunément notamment par les scootéristes et motards et se retrouvant face aux véhicules venant dans l'autre-sens (à la Rue des Deux-Ponts par exemple : l'accident mortel arrivera, c'est certain, ce n'est qu'une question de temps : on le sait, on laisse faire, on tolère; mon interpellation écrite urgente d'il y a quelques années n'y a rien changé). C'est là à la Jonction, mais c'est partout ailleurs. Tout le temps. Que des infractions soient commises à l'occasion, c'est une chose, que cela devienne la norme, c'est bien plus grave (je ne suis pas non plus prêt d'oublier cette automobiliste qui roulait dans son petit 4x4 derrière ma voiture Mobility et qui avait crû bon de me klaxonner, de me faire les phares puis de me gratifier d'un doigt d'honneur parce que j'avais eu l'outrecuidance de ne pas accélérer alors que le feu était orange foncé…)

 

 

Tant que cet état de fait durera, la situation s'empirera. Tant que le sentiment d'impunité sera la norme, nous ne pourrons pas améliorer les choses. Tant que des Députés comme le Libéral Jean-Michel Gros croient nécessaires de défendre des demandes de grâce pour des actes graves commis avec une voiture, tant que les Députés de droite n'auront pas intégrer le fait qu'on peut être "pour" la voiture tout en étant intraitable à l'encontre des criminels au volant, nous ne nous en sortiront pas. Le vote en 2004 (http://www.ge.ch/grandconseil/data/loisvotee/MV01495.pdf) concernant une motion demandant d'appliquer un principe de "vision zéro" - pour zéro mort par an sur les routes – à Genève en est l'illustration : cette motion a été acceptée par 35 voix contre 33 (c'était un vote nominal : on peut voir qui a voté quoi : http://www.ge.ch/grandconseil/data/courriers/AN-M01495.pdf ). Mais comment peut-on être contre l'idée de zéro mort par an sur les routes !? Même si cela signifie des contrôles plus stricts ?

 

 

Mais pendant ce temps, notre société de consommation qui ne peut s'empêcher de vendre en toute légalité – au nom d'une prétendue et illusoire liberté - les objets les plus stupides et les plus inutiles comme des voitures qui roulent beaucoup trop vite et qui sont beaucoup trop grosses pour les villes, croule sous les publicités les plus bêtes et les plus mensongères pour faire croire à chaque automobiliste-consommateur, si possible jeune de surcroît, qu'il peut devenir Un Homme, un vrai, parce qu'il aurait une plus grosse voiture que son voisin… Dans la rue, dans les journaux, la voiture est partout. Mais en fait pas seulement la voiture - ce qui en soit pourrait être acceptable même si à titre personnel cela me dépasse – aussi des comportements associés à la voiture : vitesse (excessive), "évasion" (= être seul sur la route), "liberté" (= faire ce qu'on veut indépendamment des conséquences pour les autres). C'est tout cela qui est "vendu" avec la voiture, pas seulement la ferraille et les aspects pratiques.

 

 

Et je pense que ces publicités mensongères sont particulièrement dangereuses lorsqu'elles sont diffusées dans une société comme la nôtre qui considère les infractions de la route comme des banalités.

 

 

Je ne serai certainement jamais Conseiller d'Etat mais c'est vrai que c'est un des combats que j'aurais aimé mener dans un exécutif. Il y a tellement de choses à faire, y compris d'ailleurs pour faire changer l'attitude de la police à l'égard de ce type d'infractions. Ce type d'actions est considéré comme impopulaire et cela doit certainement aussi expliqué la mollesse politique et administrative qui prévaut en la matière depuis trop longtemps.

 

 

C'est terrible.

 

 

 

 

(1) Et inutile de me répondre que les cyclistes commettent aussi des infractions, etc., etc. : je le sais bien, c'est aussi inacceptable quand autrui est mis en danger mais il n'en demeure pas moins que tant par le nombre que par la vitesse et le poids, les voitures sont bien plus dangereuses que tous les vélos du monde.

 

 

00:00 Publié dans Général | Lien permanent | Commentaires (5) | |  Facebook

Commentaires

Tant qu'il n'y aura pas plus de répression sur les routes l'hécatombe continuera ! Où sont les contrôles ? En 30 ans de conduite à Genève je n'ai jamais subit de contrôle d'alcoolémie !!!!! Heureusement que je ne bois pas ! Mais quand l'on voit la façon dont les gens et surtout les jeunes boivent et que l'on sait qu'ils prennent le volant après, je trouve que la société a une énorme responsabilité ¨! Qu'attend-on pour que nos routes soient mieux contrôlées ?

Écrit par : Genevois | 02/11/2007

On peut et on doit améliorer les contrôles routiers, j'en conviens. En revanche, il n'est pas correct de dire que l'on s'en fiche et qu'on ne fait rien. Mais, revenons un instant en arrière: deux fois trois morts de suite, à chaque fois dans un seul accident. De plus, trois tués sur un scooter qui part en embardée, même vous, vous devez admettre qu'il doit s'agir d'une fatalité tout à fait extraordinaire. Ensuite, les accidents sont survenus sans l'intervention de tiers; les chauffards étaient au volant respectivement au guidon. Nous sommes en plein dans l'émotionnel que certains essayent d'exploiter.

Écrit par : Dixit | 02/11/2007

Bonjour, si j'ose...petit coup de pub, car il en faut et je persiste !!! La Police Municipale pourrait agir en collaboration ou sans la gendarmerie pour améliorer les contrôles de circulations routières..... Donnons les moyens à la Police-Municipale (ASM)....pour les radars, l'alcoolémie....car des interpellations existe mais vu que nous n'avons pas les moyens...

A bon entendeur !

Écrit par : Gonzo | 03/11/2007

Tout à fait d'accord avec tout ceci. L'instauration de zones 30 dans tout le centre-ville est une priorité absolue, et la réduction massive des voies de circulation (notamment la rue des 2 ponts qui est un cauchemar!)... Il faut aussi plus de pistes cyclables partout pour que les automobilistes prennent conscience qu'ils ne sont pas seuls... Et puis surtout il faut sortir nos enfants (garçons surtout) de l'imaginaire motorisé dans lesquels on les enferme dès leur plus tendre enfance.

Vivement la fin du pétrole!

Écrit par : Sandro Minimo | 03/11/2007

Vous êtes décidément un dogmatique indécrottable!

Heureusement que vous admettez vous-même que vous ne serez jamais conseiller d'Etat!!!!

Ce qui est inadmissible c'est que vous oubliez totalement que Madame Spoerri avais institué une Commission de Sécurité routière, qui avait la particularité d'être pluri-disciplinaire, et que depuis l'arrivée de votre tocard Moutinot, elle ne c'est JAMAIS REUNIE!!!!!

Alors avant de vomir contre les 4x4 et faire la publicité pour Mobility (peu comptabile avec votre mandat de député), commencez par ouvrir les yeux et surtout votre esprit!

En faisant de la récup politique, le PS montre qu'il ne vaut pas mieux que l'UDC.

Vous n'avez plus aucune vision sociétale innovatrice, le PS est désormais la principale force au service de la destruction des libertés individuelles.

Vous en êtes aussi le principal porte-parole.

On ne construit rien en montant les citoyens les uns contre les autres, comme vous le faites.

Comprenez-le et cessez de purger votre fiel anti bagnoles!

Vous devriez notamment emboiter le pas à l'initiative de la "ceinture verte" proposée par le MCG qui, pour une fois, a une brillante idée.

Malheureusement votre dogmatisme est tel que vous êtes incapable de le comprendre.

Une nouvelle démonstration que le PS n'est plus une force innovante mais le "dark Vador" de la politique genevoise et suisse.

Et comme si cela ne suffisait pas, le PS est devenu un récupérateur des peurs.

POUEIRK!!!!

Écrit par : Sécrutié et Liberté | 04/11/2007

Les commentaires sont fermés.