13/12/2007

Plus de Blocher au Conseil Fédéral : mais quelle bonne nouvelle !

Même si la radio romande, des nouvelles du matin à Forum, va devoir porter le deuil.

Même si Pascal Décaillet va en perdre son latin et nous assommer avec ses blablas toujours plus réacs (meilleur journaliste romand ? le plus insupportable, oui !).

Même si les Libéraux, qui vendent leur humanisme par cupidité et sont toujours de plus fidèles alliés de l'UDC et de ses dérives racistes et paranoïaques, vont nous abreuver de discours moralisateurs sur le déni de démocratie (ce qui est faux).

C'est une excellent nouvelle !

Rien n'est encore gagné, le problème n'est évidemment pas réglé, l'UDC va continuer dans sa spirale extrémiste et tous les populistes vont continuer leur combat contre la démocratie.

Mais il est important que tous les démocrates soucieux des véritables valeurs qui fondent la Suisse - et notamment les radicaux - se réveillent et assument sans crainte la vérité suivante : "pas de liberté pour les ennemis de la liberté !". Si l'Europe, si les démocraties européennes du début du XXème siècle avaient osé affirmer et défendre cette vérité, le nazisme n'aurait pas fait de tels ravages.

Donc oui à la présence de 2 UDC au Conseil Fédéral mais 2 UDC qui respectent les valeurs qui fondent la Suisse ! C'est un premier pas et un réel soulagement. Pour aujourd'hui.

 

 

11:34 Publié dans politique | Lien permanent | Commentaires (8) | |  Facebook

Commentaires

Ce que le peuple a dit, c'est "Oui à un UDC démocrate, représentant le peuple !", ce que le parlement a dit c'est "Non à l'UDC arrogante-égocentrique-totalitariste !". C'est donc bien une victoire de la démocratie, mais attention, un tel leader ne se laissera pas (a-)battre facilement et son combat personnel peut mener le pays à de terribles moments, comme au début du XXème, justement. Hitler a arraché le pouvoir des mains d'un mourant, Blocher pourrait bien trouver le moyen de l'arracher des mains d'un gouvernement qui ne répond plus aux attentes du peuple. Que nos sages et les autres partis se réveillent !

Écrit par : Tous | 13/12/2007

Vous ne connaissez visiblement pas le sens du mot "democratie". Faut il rappeler que près d'un tiers des electeurs ont voté pour ceux que vous qualifiez de problème, d'extremistes, racistes etc

Quand a "pas de liberté pour les ennemis de la liberté", je suis parfois tenté de l'appliquer a une certaine extrême gauche, mais mon respect et ma confiance dans les institutions democratiques m'en empêche.

AF

Écrit par : Alain_Fernal | 13/12/2007

Les socialos, les verts et même Zisiadis ont votés UDC ! Quel carnaval ! Tous des faux-culs.

Écrit par : Octave Vairgebel | 13/12/2007

Monsieur Deneys merci d'avoir éclairé ma lanterne moi qui trouvait Monsieur Décaillet trop à gauche. Alors comme cela, il vous semble à droite ?
Malgré ses qualités incontestables de femme politique, notre nouvelle conseillère fédérale a été élue que pour contrer Monsieur Blocher.
Il sera plus fort dans l'opposition qu'encadré par d'autres conseillers fédéraux.

Écrit par : Ivan Skyvol | 13/12/2007

entendre quelqu'un qui prône toutes sortes d'interdits oser parler d'évincer ceux qui atteignent les libertés me fait comprendre que la Suisse et la politique de consensus est bien morte le 12 décembre 2007.

Le monde politique suisse, notamment le centre-gauche (y.c. le PDC) est passé sur le mode "compromission". Lamentable.

Je ne sais pas si nos arrière-arrière-petits enfants danseront le picoulet pour célébrer l'événement.

Je crains plutôt qu'ils ne soient sur les routes de l'incertitude et du chaos parce que nous, leur ancêtres auront détruit le pays et sa stabilité légendaire.

Ce qui est certain c'est que ceux qui, aujoud'hui, se réclament de la démocratie sont désormais ceux qui lui ont porté le coup le plus dur depuis 1848.

Nous avons désormais, grâce à cet assemblage de brocanteurs une gouvernement qui n'a aucune majorité stable. Je suis certain, comme une très large majorité de suisses, que ceux qui ont hourdis ce complot usurpent le mandat que leur a donné le Peuple.

Ils sont les fossoyeurs de la démocratie, se sont de merdocrates.

Entendre ce gens nous parler de respect des Institutions sera désormais aussi incongru que d'entendre Khadafi venter les droits humains.

Écrit par : PAUL MAURICE | 13/12/2007

un tiers de électeurs qui votent UDC, c'est 2 tiers qui n'en veulent pas,c'est ça LA DEMOCRATIE et non pas un seul milliardaire qui, sous prétexte de sauvegarder notre Suissitude crache sur tout notre passé d'accueil et de respect de l'autre, quelle que soit son origine. Ce triste fantoche d'une époque malheureusement pas révolue n'avait rien à faire
au sein de notre gouvernement, Bon débarras


au sein de notre gouvernement

Écrit par : ras le bol des faux-derches | 13/12/2007

on est toujours le prisonnier de ses certitudes lorsque celles-ci reposent sur le dogme!

C'est bien ce qui rend la gauche aussi dangereuse, sa certitude de toujours avoir raison!

Peu importe Monsieur Blocher, il n'est que la matérialisation de votre haine viscérale de l'argent.

Ce qui compte c'est la prospérité de ce pays car c'est d'elle que dépend le mieux être des démunis que vous prétendez défendre.

Le respect est global, y compris de l'argent . Voir comment la gauche jette par les fenêtre celui qu'elle n'a pas gagné, nous montre qu'elle ne respecte pas le fruit du labeur de tous, y compris des riches.

Une fois encore dire "bon débarras" à l'occasion de cette non élection est très court sur le plan du raisonnement et périlleux sur le long terme car cela ne tient pas compte de la réalité suisse qui ne s'arrête pas à la Sarine mais commence à cet endroit.

L'oublier sera trsè douloureux pour les romands comploteurs en chef.

Écrit par : Victor Schlesser | 14/12/2007

La qualité de votre texte souligne la justesse de votre raisonnement.
Je m'étais presque résigné à vivre en République Populaire d'Helvetistan, quand vous êtes venu rappeler qui, dans ce pays, met les poids sur la balance.
Merci Monsieur Schlesser et à bientôt.

Écrit par : Rabbit | 14/12/2007

Les commentaires sont fermés.