19/12/2007

Grand-Théâtre : quelle flûte !

Mardi soir, pas de séance, mais un spectacle au Grand-Théâtre. Ouf ! ça change ! La Flûte Enchantée. Suspens évidemment car de telles œuvres, si connues, sont loin de laisser les spectateurs plus ou moins mélomanes indifférents… D'abord, il faut le dire, j'aime l'opéra et j'aime le Grand-Théâtre. J'y vais depuis que je suis arrivé à Genève, en 1982. Des places de Générale, des places par l'Uni, une longue période de réservation des premières places dès l'aube, des places – excellentes - d'apparatchik comme Conseiller municipal de la Ville de Genève (d'ailleurs c'était de très bonnes places, encore merci), puis des abonnements, plus "prolétaires" (tout est relatif), à l'Amphithéâtre, tout en haut... Mais - presque - toujours autant de plaisir ! Et après une fin de semaine politique assez pénible (un budget cantonal que je n'ai pas voté, notamment en raison de l'effort insuffisant en faveur de l'initiative EMS, des transferts de charge vers les communes qui vont à l'envers du bon sens, et surtout des économies de 25 millions qui devront être trouvées par le Conseil d'Etat et présentées à la Commission des Finances pour acceptation, sans aucun contrôle de l'ensemble du Grand Conseil; je doute même de la légalité du procédé ! Et des résultats de votations conformes à ce qu'on pouvait prévoir mais loin de me satisfaire : même si le refus des initiatives fiscales est une aberration qui risquent de coûter cher aux contribuables modestes, surtout quand des projets aussi stupides que l'exonération systématique de l'impôt sur le capital des entreprises est accepté…quelques millions de recettes fiscales encore en moins pour faire des cadeaux à des entreprises parfois très riches et qui n'en ont pas besoin… j'ai vu que M. Etienne de la TdG avait soutenu ce projet dans son édito, à mon avis il n'avait pas lu la loi et les rapports sur ce projet farce… Le souci pour moi est surtout dans l'acceptation de la Loi sur le Chômage car si plusieurs idées sont bonnes, une bonne partie d'entre elles ne nécessitaient pas de nouvelle loi et d'autres, notamment celles qui concernent les fameux emplois dans l'économie sociale et solidaire, ESS, sont loin d'avoir été suffisamment éclaircies par M. Longchamp pour dissiper mes craintes quant à la création officielle d'un sous-prolétariat permanent, payé à long terme en deçà des barèmes des conventions collectives… bref, du souci, mais on verra bien…) Mais revenons à la musique et au spectacle ! Justement, en plus du spectacle sur la scène, il y a ce côté Bal des Rombières qui me fait toujours autant sourire… Je me demande combien de millions de francs sont réunis chaque soir en abominables manteaux de fourrure, en parures d'or et de pierres précieuses - presque – toutes plus écoeurantes de lourdeur les unes que les autres, en centaines de litres de parfums déversés sur des épidermes parfois bien fanés malgré des liftings aux résultats assez hasardeux. C'est Genève. Ce côté fric et bourge qui m'hérissait quand je suis arrivé de La Chaux-de-Fonds à 18 ans. Le spectacle de Noël, c'est en général le susucre, le cadeau facile, l'opéra que tout le monde fredonne ou connaît par ses airs célèbres… Et si possible avec une mise en scène haute en couleur, si possible drôle. Année après année, le résultat n'est pas trop mauvais, il y avait eu un abominable opéra français intitulé "Le Postillon de Lonjumeau" lors du règne – pourtant fort agréable – de Renée Auphan, mais à part ça, rien à dire, en général c'est le bonheur car je suis bon public, surtout en cette période de l'année (Mais bon, le Postillon de Lonjumeau, c'était au dessus de mes forces, il faut quand même dire que les Français, à part Bizet et sa Carmen, sont fort mauvais en opéra, si, si, j'assume!). Alors, une Flûte Enchantée ? C'est un opéra magnifique, avec des airs magnifiques, des personnages sublimes. Une poésie et un décalage rares. Uniques sûrement. Et Omar Porras à la mise en scène… un véritable talent au théâtre… Les attentes sont nombreuses… Et le résultat est à la hauteur, miracle ! Des chanteurs qui tiennent bien leurs rôles (peut-être des hésitations chez Sarastro au début) même s'il manque peut-être le génie qui vous fait avoir des frissons d'extase (Callas sur CD, Teresa Berganza, Gwyneth Jones et encore une autre cantatrice dont j'ai oublié le nom il y a peu au Grand Théâtre pour moi), une mise en scène et des décors vraiment réussis, drôles et touchants. Bon, avec les surtitres, le côté pompeux du temple, la misogynie des discours des prêtres et de Sarastro sont un peu fatigants… Mais on peut avancer le cœur léger ! Quel bonheur ! Si vous en avez l'occasion, n'hésitez pas !

Merci au Grand-Théâtre, merci à la famille Porras, merci Monsieur Mozart !

 

Sur la Flûte Enchantée : http://fr.wikipedia.org/wiki/La_Fl%C3%BBte_enchant%C3%A9e

 

Sur le budget, les résultats des votations, www.ge.ch

 

23:00 Publié dans Général | Lien permanent | Commentaires (3) | |  Facebook

Commentaires

Bravo M. Deneys.Tous les poncifs gauchistes se trouvent dans votre contribution. Qui contribue financièrement à l'aisance de la Ville, laquelle vous permet de profiter d'excellente places (c'est vous qui le dites) au Grand Théâtre ? Bref, mon cher Monsieur il faut que la Ville construise des logements bourgeois en suffisance et baisse son centime de manière sensible. Les contributions fiscales des gens aisés rempliront encore mieux les caisses et les gens modestes n'auront plus de soucis à se faire, croyez-moi ! Et cela, c'est votre responsabilté d'élu !

Écrit par : Pedrito | 20/12/2007

Cher Monsieur, j'ai comme vous une sainte horreur d'un certain opéra français. On ne se refait pas.... Meyerbeer, Gounot ou Berlioz, sont pour moi insupportables à l'opéra. Mais quand même, il reste au moins deux français à sauver: Debussy et son Pélléas, magnifique lors de la dernière production du GTG et Poulenc pour son sublime Dialogue des Carmélites. Je me réjouis énormément de cette Flûte, j'y vais le 28!!! Cordialement.

Écrit par : Stéphane Pecorini | 20/12/2007

Je suis épaté que vous ayez compris c'est opéra, il est tellement inspiré!

Pour le reste de votre contribution, je crois qu'entre vous et votre copain Brunier vous rassemblez à vous deux le maximum de déçus du PS!

Vous crachez sur l'argent mais vous ne nous dites pas comment faire pour financer le social sans lui.

Vous nous bassinez avec votre gentil petit appart bien BoBo mais vous vous opposez à ce que l'on puisse contruire de l'habitat pour le classe moyenne afin qu'elle libère les logements qui ne sont plus faits pour elle.

Vous blâmez Genève et son argent mais vous oubliez que si la République peut être aussi généreuse c'est grâce à des bourgeois éclairés du XIXe qui étaient de vrais progressistes.... eux.

Vous venz de la Chaux-de-Fonds ville ultra gauche s'il en est et gouvernée par des gens de votre mouvance. Pourquoi n'y retournez-vous pas? A cause de la gabegie qui y règne?

Allons soyez sérieux M. Deneys, nous ne sommes pas de benêts!!!

J'ai une proposition à vous faire: Vous et votre copain Brunier sortez du parlement, les socialistes vous remplacent par de vrais gens de gauche et je vous parie que le PS redémarre..... à gauche!¨

Pour le moment c'est un repère de planqués et ceux de gauche n'ont plus rien à y dire et encore moins à y faire.

Alors de grâce M.Deneys, l'offre!

Écrit par : Désillusionné PS | 20/12/2007

Les commentaires sont fermés.