14/02/2008

Loi sur l'imposition des entreprises : une véritable escroquerie pour les PME !

Le 24 février prochain, nous voterons la réforme sur l'imposition des entreprises. Les slogans sentent bon l'avenir radieux, les jours meilleurs : "Oui pour les PME", "Pour l'emploi et les apprentis", etc. La campagne des partisans vise à vous faire croire que toutes et tous allons bénéficier des "avantages" de cette réforme. Dans un édito récent, Pierre Ruetschi, qui n'a sans doute jamais été patron et qui manifestement n'a pas bien compris les mécanismes les plus élémentaires des mathématiques et de l'économie réelle, non spéculative, croit bon de soutenir la réforme alors qu'en fait cette loi est extrêmement dangereuse pour les vraies PME et les indépendants. Et qu'elle n'aura aucun effet positif sur l'emploi. Le mensonge est de règle dans la campagne des partisans du Oui.
Il est d'ailleurs facile de comprendre pourquoi : la taxation sur le 60% des dividendes versés aux actionnaires possédant plus de 10% des actions va avoir des effets très, très marginaux sur les petites entreprises, de l'ordre de quelques centaines, voire mille à deux mille francs d'économie fiscale (en fait les fiduciaires proposeront aux patrons-actionnaires de PME un nouveau modèle d'optimisation fiscale qui transvasera une partie des revenus sous forme de salaire en dividendes) MAIS elle sera tout bénéfice pour les actionnaires non patron et atteindra des montants de l'ordre de plusieurs dizaines, voire centaines de milliers de francs, pour les investisseurs des très grosses entreprises.
Si la loi avait voulu améliorer réellement le sort des PME, il aurait fallu y mettre au moins 2 limites :
1)       Il aurait fallu fixer un capital-actions maximum, de l'ordre de 200'000.- à 500'000.-, au-delà duquel la loi n'agissait plus;
2)       Il aurait fallu limiter la loi aux seuls actionnaires qui travaillent dans l'entreprise, à l'exclusion des autres actionnaires-investisseurs;
Et pour que la loi agisse favorablement sur l'emploi, il aurait fallu lier les exonérations à l'embauche de nouveaux collaborateurs.
D'ailleurs – on pourrait presque en sourire si ce n'était pas une fois de plus une "réforme" (une arnaque est plus correct) au détriment des plus petits – vous devriez vous poser une question : QUI paye la campagne des partisans du Oui ? Si la réforme visait à soutenir uniquement les vraies PME, des petites entreprises, parfois en SA ou en SàRL, souvent en raison individuelle, est-ce que nous aurions une campagne aussi massive ? Certainement pas ! Les PME n'ont pas les moyens de se payer des campagnes pareilles (et d'ailleurs si la réforme avait visé uniquement les vraies PME, le Parti Socialiste n'aurait pas lancé de référendum) ! Et toutes ces annonces dans les quotidiens avec les "têtes bien-pensantes" de la Droite suisse, avocats-affairistes, agriculteurs-rentiers, fonctionnaires patronaux, retraités politiques… Je n'en vois pas beaucoup qui sont de vrais patrons ou qui l'ont été ! Alors ? Qui paye ? Nous n'aurons certainement jamais de réponse précise, la loi du fric est la loi du silence… Mais nous pouvons le deviner : les banques, les milieux bancaires, les milieux d'affaires car c'est une réforme qui bénéficient en réalité aux investisseurs ! Et c'est les seuls qui ont les moyens de payer des campagnes aussi massives et avec une propagande aussi clairement malhonnête.
Concernant la réforme elle-même, il est vrai que la taxation du 60% des dividendes versés plutôt que le 100% générera une baisse de charge fiscale pour tous les actionnaires de plus de 10%, et donc aussi les petits patrons de PME qui sont en SA. Mais cette économie sera largement compensée par des hausses ou la création de nouvelles taxes, la pression supplémentaire sur les prix (appels d'offres, exigence de certifications payantes, etc.) : il faudra bien compenser l'importante baisse de recettes fiscales que cette mauvaise loi génère !
Votez NON à cette loi qui fait de fausses promesses aux PME et de vrais cadeaux aux banquiers et aux investisseurs !

 

10:57 Publié dans Général | Lien permanent | Commentaires (6) | |  Facebook

Commentaires

Il est vrai que vous savez de quoi vous parlez avec les exemples tel que les SIG !! Les profits et les gros salaires bidons au service de PS, ça, vous appréciez !

Écrit par : Octave Vairgebel | 14/02/2008

Vas-y Octave crache ton venin ! Tu en formes la ! Ne t'arrêtes pas là, sors nous tes légendaires tirades sur les Kmehrs et Ayatolah !

Et une fois calmé, tu pourras essayer de réfléchir à ce que dit le Monsieur : "Comment ca se fait que l'initiative profite essentillement aux grosses entreprises, alors qu'on nous dit le contraire".

Franchement Octave, des gens de ton niveau, quand je peux discuter avec eux (pas par clavier interposé, ça complique trop), j'arrive à les mettre en face de leur contradiction normalement en 5mn chrono. Et après il se taisent ... si seulement tu pouvais en prendre de la graine.

Écrit par : Dji | 14/02/2008

Le monde de l'entreprise n'est pas celui de l'Etat et celles qui sont à la lutte contre leurs compétiteurs dans un marché de vraie concurrence ne peuvent pas se permettre de perdre le moindre franc et doivent l'investir dans cette lutte-là et non pas dans l'engraissement d'un Etat toujours plus gourmand.

Le but de cette initiative est précisément de permettre cette attribution du moindre franc à la défense de l'activité industrielle.

Il n'est peut-être pas parfait. Mais est-ce que le PS est-lui-même parfait? Les déclarations de ceux qui se réclament de lui laissent à penser que tel n'est pas le cas.

Alors accordons à ce projet des imperfections auxquelles on pourras toujours remédier. Comme c'est la tradition dans ce pays.

Comme le souligne Octave, que dire de ces régies publiques qui pompent allègrement dans leurs bénéfices pour distribuer des bonus dont on sait que si par le miracle des combines des partis qui infiltrent la justice, ils risquent fort d'être déclarés légaux, n'en sont pas moins très discutables.

Monsieur Deneys, comme comme son camarade Brunier me semble être un bon donneur de leçon sociale mais qui n'hésite pas à voter en sens inverse lorsque la rage l'aveugle ou que les intérêts politiques le commandent!.

C'est dommage de voir le PS sombrer lentement mais sûrement dans le populisme qu'il reproche à ceux qui font son boulot!

En tout cas ce n'est pas dans ce PS-là que doivent se reconnaître ceux qui ont un vrai esprit civique.

Écrit par : Juste Inbridoud | 14/02/2008

Mr Deneys noie bien le poisson. Même si il est vrai que cette reforme ne va pas forcement profitez au petite entreprise en nom propre. Elle n’est pas pour autant dangereuse ou a leur détriment.

Le seul danger est pour l’état, qui perdra une occasion de se sucrer au passage. Mais comme il est déjà obèse ça lui fera du bien.

AS

Écrit par : Alain_Fernal | 14/02/2008

Mr Deneys noie bien le poisson. Même si il est vrai que cette reforme ne va pas forcement profitez au petite entreprise en nom propre. Elle n’est pas pour autant dangereuse ou a leur détriment.

Le seul danger est pour l’état, qui perdra une occasion de se sucrer au passage. Mais comme il est déjà obèse ça lui fera du bien.

AF

Écrit par : Alain_Fernal | 14/02/2008

C'est la 1ère fois que j'ai voté comme le PS bien que c'est un parti de merde

Écrit par : le suisse | 14/02/2008

Les commentaires sont fermés.