11/03/2008

Bus D : toujours autant de sardines, toujours autant de retard...

C'est n'importe quoi ! Et le Conseil d'Etat en porte la responsabilité par son inaction. Mardi 11 mars. Le bus de 8h26 arrive à 8h44 à PLO. Ce n'est pas un bus articulé. Ils n'ont sans doute jamais entendu parler d'heures de pointe. Et pas de site propre sur la Route de Saint-Julien, nous sommes pris dans le bouchon des égoïstes seuls dans leur bagnole Aujourd'hui, les transports collectifs représentent seulement 1% des déplacements sur l'axe de Saint-Julien, le pire taux du canton. Et avec ce je m'enfoutisme, ça ne risque pas de s'améliorer! D'ailleurs certains passagers excédés parlent de reprendre leur bagnole !

Le Conseil d'Etat porte une part importante de responsabilité, d'une part parce que certaines améliorations pourtant annoncées dans la réponse à mon Interpellation Urgente Ecrite (IUE) de mars 2007 ne sont toujours pas réalisées (sites propres et prolongation de la ligne 23 notamment) et d'autre part parce qu'aucun effort n'a été fait pour communiquer les délais des autres améliorations annoncées. En plus les horaires du bus D, indépendamment des retards, ne sont pas conformes aux indicateurs contenus dans le contrat de prestation Unireso car il n'y a tout simplement AUCUNE coordination avec les heures d'arrivée des principales correspondances CFF. On lira d'ailleurs avec intérêt l'interview publié dans la Tribune de hier lundi 10 mars au sujet du péage urbain.

Texte de mon interpellation et réponse du Conseil d'Etat à l'adresse :
http://www.ge.ch/grandconseil/data/texte/IUE00405A.pdf

10:11 Publié dans Général | Lien permanent | Commentaires (8) | |  Facebook

Commentaires

A propos de l'article de la tribune en dernière pages. Je roule en voiture avec ma fille et je suis arrivée à mon travail à 9h30 au lieu de 8h45 hier mardi 11 mars, car l'autoroute de contournement était fermée. Toutes les voitures qui prennent habituellement l'autoroute ont du prendre le même parcours que le D. C'est exceptionnel. D'habitude le D va plus vite.

Écrit par : FRIES | 12/03/2008

Je vous remercie de cette précision. Il n'empêche que cela confirme ce que j'écris : le bus D subit tous les aléas liés au trafic automobile privé, justifié ou non (on peut penser aux comportements absurdes mais guère étonnants de celles et ceux qui vont au salon de l'auto en voiture, cause indirecte ou directe de la fermeture de l'autoroute par le surcroît de trafic parasite qu'il génère). Alors que les transports publics doivent bénéficier de sites propres sur l'entier de leur parcours, c'est bien la moindre des choses que la collectivité peut "offrir" aux passagers qui font preuve de civisme. Donc la réalisation du site propre sur l'entier de ce trajet est tout simplement prioritaire ! Conseil d'Etat, réveille-toi ! TPG, réveillez-vous, Office Cantonal de la Mobilité, où en es-tu ?

Écrit par : Roger Deneys | 12/03/2008

La solution ? Faites comme tout le monde, prenez votre bagnole (comme Cramer) et laissez les TPG à ceux qui aiment se faire foutre les portes sur la gueule par des chauffeurs irrespectueux des civilités genevoises !

Écrit par : Octave Vairgebel | 12/03/2008

Réfléchissez, M. Deneys! Le bus D pollue, bien davantage qu'une voiture électrique. Vous êtes donc un partisan de la pollution et du réchauffement climatique, bravo!
Si votre combat m'était au début sympathique, un acharnement qui tourne au manichéisme anti-bagnole ne relève plus que de la caricature. Un peu plus de respect de l'autre ne ferait de mal à personne ni aux automobilistes ni aux cyclistes, pour trouver enfin des solutions intelligentes pour tous.

Écrit par : Voltaire | 13/03/2008

Vous etes socialiste, les TPG sont socialiste, le Conseil d'Etat est socialiste, vous etes tous main dans la main, les écolos et les socialos et vous vous plaignez encore ?
Quelle honte !

Écrit par : Victor DUMITRESCU | 13/03/2008

Ha oui ! Avec des si, on peut mettre Paris en bouteille et Genève restera dans le bouchon... A mon avis, pour prendre le pseudonyme de Voltaire, il faudrait être à la hauteur d'un point de vue de la logique élémentaire ! Même si on n'est pas d'accord avec moi !
Donc : d'après vous, combien de voitures électriques ai-je pu observer sur mon trajet Plan-les-Ouates-Jonction ? 1 ? 10 ? 100 ? Evidemment 0 ! Par contre des 4x4 de beaufs qui consomment (les 4x4 c'est certain, les beaufs, parfois) plus de 10 litres au 100km, il y en avait des dizaines !
Et ensuite, Monsieur Voltaire, combien de passagers y a-t-il dans un bus ? 1 ? 2 ? 4 comme dans une Prius entièrement occupée, ce qui doit arriver parfois le week-end mais à peu près jamais la semaine ? Donc la plus élémentaire des règles mathématiques devrait vous faire diviser la pollution émise par le nombre de passagers... Et même ces bus D qui pourraient être moins polluants émettent tout simplement nettement moins de pollution par passager que toutes ces voitures avec un seul passager à bord !

Écrit par : roger deneys | 13/03/2008

Marchez donc à quatre pattes, comme le bon sauvage de Jean-Jacques Rousseau, Monsieur Deneys, puisque vous cherchez le retour à la nature.
Quant à votre arithmétique de boutiquier, elle me laisse pantois. Cent grammes de voitures contre cent grammes de vélos, à comparer de toute urgence! Si j'en crois les pollutions corporelles des passagers du bus D et du diesel, il m'est encore plus agréable de rouler dans une voiture qui deviendra bientôt non polluante à tout point de vue. En éliminant les feux rouges, nous réduirons également la pollution efficacement même si cela doit chagriner les écologistes professionnels. N'obligez donc pas les individualistes à marcher à quatre pattes car vous voulez nous faire passer du 4X4 à la propulsion à 4 pattes. Non merci.

Salutations voltairiennes

Écrit par : Voltaire | 13/03/2008

Le co-voiturage, M. Deneys, doit rester un choix et ne pas devenir une obligation. Selon votre calcul, il me semble que vous allez nous proposer une initiative dans ce sens...

Écrit par : Victor DUMITRESCU | 14/03/2008

Les commentaires sont fermés.