13/03/2009

Travailler plus pour gagner moins ou "Effets de seuil ? Circulez, il n'y a plus rien à voir !"

Les Socialistes ont déposé en septembre dernier une motion, M 1839 (http://www.ge.ch/grandconseil/data/texte/M01839.pdf), visant à lutter contre les effets de seuil.

 

Oui, ces fameux effets pervers liés à la combinaison non coordonnée de systèmes d'aides individuels et de fiscalisation ou taxation liées à l'ensemble des revenus.

 

Sans surprise, la droite, Radicaux et Libéraux en tête, s'oppose à cette motion et même à son étude en commission, au prétexte que le Conseiller d'Etat radical Longchamp aurait pour ainsi dire réglé tous les problèmes.

 

Plus surprenant, les Verts – à l'exception d'un rare et précieux Vert de gauche (si, si ! ça existe !) - s'alignent sur la Droite, avec une argumentation identique : M. le Conseiller d'Etat Longchamp a déjà tout réglé, les réponses ont été donnés, les lois visant à supprimer les effets de seuil ont été votées, etc… Bref, circulez, il n'y a rien à dire et rien à voir !


Ben voyons…

 

Au prétexte que deux lois ont été votées à l'automne dernier dans le but de lutter contre ces mêmes effets de seuil dans quelques cas bien précis, subsides d'assurance maladie, PL 10292, (http://www.ge.ch/grandconseil/data/texte/PL10292A.pdf), aide sociale individuelle, PL 10293 (http://www.ge.ch/grandconseil/data/texte/PL10293A.pdf), soit en l'occurrence des lois qui visent à améliorer le sort des personnes se trouvant à l'assistance ou de condition modeste, voilà que les Verts entonnent le même refrain que M. Longchamp et la Droite: "Tout va très bien, Madame la Marquise"…

 

J'en suis songeur… Est-ce que mes amis verts sont sous le charme de François Longchamp ? Est-ce les premiers fruits amers (transgéniques ?) de l'union rêvée par MM. Hodgers et Maudet ? Mystère !

 

Ce qui est par contre certain, c'est que si les effets de seuil ont été identifiés et – espérons-le – corrigés grâce aux deux lois votées à l'automne dernier, la réalité quotidienne des Genevoises et Genevois est toujours faite d'absurdes effets de seuil qui méritent d'être corrigés.

 

Car de la crèche au logement, en passant par les centres aérés des maisons de quartier, les systèmes de barèmes "sociaux" (toujours motivés par de nobles intentions, il ne faut pas le contester) se cumulent, en bien ou en mal… Vous gagnez enfin un peu plus ? Ben voilà, votre aide personnalisée au logement diminue, votre tarif de crèche explose…et vos deux autres enfants qui vont au centre aéré payent subitement le double… Résultat des courses : vous travaillez plus… et vous gagnez moins !

 

Le vote des Verts m'étonne d'autant plus que le Service pour la promotion de l'égalité entre homme et femme vient de publier (le 5 mars) un communiqué de presse, repris par les médias, qui parle d'une fort intéressante étude intitulée "Quand le travail coûte plus qu’il ne rapporte. Impact de la fiscalité et des frais de crèche sur l’activité professionnelle des femmes".

 

http://www.geneve.ch/egalite/doc/communiques/05-03-09.pdf

 

Cette étude évoque notamment le paradoxe suivant : "Dans certaines configurations, en particulier celles des femmes mariées avec deux enfants, les frais de garde et d’impôts peuvent entraîner une perte financière pour les 4ème et 5ème jours de travail. Ces mères de famille ont alors peu d'intérêt financier direct à travailler à plus de 60%".

 

Ce n'est pas un effet de seuil, ça ? Travailler plus pour gagner moins ? On dirait du Sarkozy dans la réalité, pas dans les discours…

 

Quand on pense aux crèches, aux nombreux parents qui ont besoin d'une ou deux places de crèche pour pouvoir poursuivre leurs carrières professionnelles ou tout simplement espérer pouvoir boucler leurs fins de mois, je ne comprends pas que les Verts ne soutiennent pas les préoccupations légitimes des socialistes en la matière ! C'est pourtant indécent ! Et nous devons nous atteler rapidement à trouver des solutions à tous les problèmes d'effets de seuil car ils pénalisent vraiment la classe moyenne !

 

Houhou les Verts ! Réveillez-vous ! Le développement durable ce n'est pas seulement le tri des déchets ou les ampoules économiques !

 

Le rapport est disponible à l'adresse http://www.ge.ch/egalite/doc/travail/conciliation/quand-le-travail-coute-plus-qu-il-ne-rapporte-cahier-genevois.pdf

 

Mais j'espère que nous aurons l'occasion de reparler aussi de ces effets de seuil...

21:56 Publié dans Général | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : effets de seuil, crèches, fiscalisation, verts, socialistes, longchamp, motion | |  Facebook

Commentaires

Travailler moins pour vivre mieux !

Au terme de longues années de discussions, les ministres du travail de l'Union européenne (UE) viennent de promulguer une directive qui ouvre la voie à la semaine de 65 heures et ainsi, permettre aux salariés d’effectuer des heures supplémentaires.

Mais ces normes de l'UE sur la durée du temps de travail n'ont pas été reprises par la Confédération… Ouf !

Pour rappel, la loi fédérale sur le travail fixe le plafond maximal des salariés de l'industrie, soit des employés de bureau, des collaborateurs techniques et du personnel de la vente au détail à 45 heures par semaine. Pour tous les autres employés, il va jusqu'à 50 heures.

Et selon les données de l'Office fédéral de la statistique, la durée moyenne du temps de travail dans les entreprises suisses était de 41,7 heures en 2007. Les employés les plus sollicités sont les sylviculteurs avec 43,1 heures et les agriculteurs avec 42,8 heures par semaine.

Toutefois, l’économiste suisse Werner Vontobel, estime que « la semaine de 28 heures serait suffisante pour maintenir le niveau actuel de la consommation».

Écrit par : charly schwarz | 14/03/2009

Travailler moins pour vivre mieux !

Au terme de longues années de discussions, les ministres du travail de l'Union européenne (UE) viennent de promulguer une directive qui ouvre la voie à la semaine de 65 heures et ainsi, permettre aux salariés d’effectuer des heures supplémentaires.

Mais ces normes de l'UE sur la durée du temps de travail n'ont pas été reprises par la Confédération… Ouf !

Pour rappel, la loi fédérale sur le travail fixe le plafond maximal des salariés de l'industrie, soit des employés de bureau, des collaborateurs techniques et du personnel de la vente au détail à 45 heures par semaine. Pour tous les autres employés, il va jusqu'à 50 heures.

Et selon les données de l'Office fédéral de la statistique, la durée moyenne du temps de travail dans les entreprises suisses était de 41,7 heures en 2007. Les employés les plus sollicités sont les sylviculteurs avec 43,1 heures et les agriculteurs avec 42,8 heures par semaine.

Toutefois, l’économiste suisse Werner Vontobel, estime que « la semaine de 28 heures serait suffisante pour maintenir le niveau actuel de la consommation».

Écrit par : charly schwarz | 14/03/2009

Les commentaires sont fermés.