08/05/2009

Roméo et Juliette en chaussettes (ou les petites aventures d’un papa-patron-député-débordé…)

Bibip, bibip, bipiiipppp… bibip, bibip, bibiiiiippp… Le réveil. Pas la radio. Pas le mien. Bibip, bibip, bibiiiippp… bibip, bibip, bibiiiiipppp… Pffffff… L’arrêter. Elle a dû l’arrêter en appuyant sur le mauvais bouton. Et il re-sonne… L’arrêter. Ouf ! C’est fait !

 

5h45. Encore une heure de sommeil. Vite, essayer de se rendormir… Essayer… Mais… mais…


... Mais aujourd’hui, il y a beaucoup de choses à faire. A préparer encore ce matin. Tôt. Avant de partir…

 

Vérifier que tout est OK pour la séance de la Commission des Droits de l’Homme que je préside à midi. Avoir les PV. L’ordre du jour. Imprimer aussi les documents pour la séance « Développement durable » de la Ville de Genève de ce matin. A 8h30. A Malagnou. Et essayer d’arriver à l’heure cette fois. Il faut que je parte tôt… Et hier ? Est-ce que c’était bien hier ? Avons-nous utilisé les bons arguments lors de notre point de presse socialiste au sujet du projet de loi visant à la fois à baisser les impôts de la classe moyenne et des familles et à accorder des cadeaux supplémentaires aux plus riches ? Et les interviews ? Le débat sur One FM ? Ha oui, et il y avait encore cet argument… oui… oui… La prochaine fois… Ne pas oublier… Je dois me dépêcher… Et Anja… hier soir elle était insupportable… Et ne voulait pas que ma mère l’amène ce matin à la crèche. Elle voulait que ce soit moi… Je ne peux pas partir avant de savoir si c’est OK aussi pour elle... 

 

6h15. Trop tard, trop tôt, trop tard. Impossible de me rendormir. Bon… Debout ! Je déteste. Café, vite un café… Aïe ! Plus que deux  sachets dans la boîte. Ne pas oublier d’en recommander. Deux. Seulement deux. Avec cette fatigue… Bon, déjà un. L’autre sera peut-être pour ma maman. On verra si elle se sacrifie pour son fiston…

 

7h20. J’imprime mes documents ici ou je passe par le bureau ? Ici, ce n’est pas recto-verso. Enervant. Gaspillage de papier. C’est mieux que je repasse par le bureau. Mais il faut que je parte vite… Houhou ! Les boutchous-loulous, réveillez-vous ! Mon Yannou, réveille-toi. Anja, ma louloute, réveille-toi, c’est déjà 7h20… Un œil. Deux. Trois. Biberon ! Je veux un biberon ! OK, j’y vais ! Je te l’amène…

 

Anja, tu te souviens ? Je dois partir tôt pour le travail ? Oui ? Et c’est grand-maman qui t’amène à la crèche ? Oui ? Tu es d’accord ? Super ! Tu es super ma boutchou-louloute !

 

7h35. Flûte ! Je vais louper le D de 7h39… Je fais quoi ? J’attends le prochain… Pff… c’est trop long… Bon… Solution de secours no. 1. Ciaociao les loulous ! Ciaociao la grand-maman ! Bonne journée !

 

Vélo jusqu’aux Palettes. Tram 15 (s’il y en a un, depuis la suppression du 17, c’est vraiment nul les Palettes)…. Descendre à Uni-Mail. Mettre les patins. Les Inline. Tout Carl-Vogt en Inline. Presque un bonheur total ! Un trottoir côté Arve assez top pour patiner. Avec peu d’interruptions… Un vrai bonheur le matin dans le soleil…

 

8h05. Bon. On ne peut pas dire que j’ai gagné beaucoup de temps par rapport au prochain bus D… Enfin… Vite. Allumer un pc. L’imprimante. Imprimer les documents manquants. Vérifier. 8h25. OK, on y va ! Vélo ou bus ? Vélo, c’est plus sain, ça fait du bien… Mais bus, je peux encore relire les documents… C’est bus !… Mais je serai encore en retard… ça m’énerve….

 

 

8h40. Malagnou. J’y suis. Séance. Jusqu’à 12h30. Normalement. Ecouter. Argumenter. Essayer d’avancer ensemble.

 

 

11h30. Voilà. Je dois partir. Désolé. Mais je préside à midi. Et ça, c’est LA priorité : être à l’heure et prêt quand on préside. Le minimum en fait.

 

11h50. Hôtel de Ville. Tout est sous contrôle. Ouf. Top !

 

13h40. Séance terminée. Café Papon. Petit café avec Lydia. Debriefing rapidos et partiel de hier.

 

13h50. Aller chez un client. Du côté des Grottes. Programmer. Il y a beaucoup de choses à faire…

 

17h30. Ouf ! 3h30 d’Access. Programmation, analyse, recherches. Et ça avance ! Merci et bravo Claude pour les réponses ! Mais je suis out ! Complètement out ! Je fais quoi maintenant ? J’ai le Grand Théâtre à 20h… Aller boire un verre ? Halalala ! ça me ferait du bien… Mais je ne suis même pas passé au bureau aujourd’hui ! Et je n’ai même pas lu mes mails !!? Et mon natel qui est complètement déchargé ! Non. Pas envie mais pas le choix… Je passe par le bureau. Je ferai le minimum. Et il doit bien rester une bière bio au frigo… Méritée, cette bière.

 

19h30. Aïe, aïe, aïe ! Je suis toujours au bureau ! Et j’ai encore tellement de choses à faire ! Mais je dois partir ! Le spectacle commence à 20h. Et de toute façon je ne bosse pas bien, je suis Out, complètement Out ! Ha mais, j’y vais en Inline, ça me fera du bien de patiner… Enlever les chaussures, mettre les patins… Et c’est parti !

 

19h45. Grand-Théâtre. Ouf ! J’y suis ! Bon… trouver un endroit pour m’asseoir… pour enlever mes patins et remettre mes chaussures. Et pas d’exhibitionnisme supplémentaire, déjà que les patins, c’est pas discret.

 

19h50. Les marches du Grand Théâtre, mais sur le côté. Voilà…. Pied droit. Défaire le nœud du lacet du patin… enlever le patin… Mettre la chaussure… Mettre la chaussure ? Mettre la chaussure ???!!!! Mais… Mais ce n’est pas vrai !!!! J’ai oublié de prendre mes chaussures avec moi ! Elles sont restées au bureau !!! Et il est moins dix ! Pas le temps de retourner à la Jonction !!! Je n’y crois pas !!! Devant le Grand Théâtre, en costard-cravate avec mes patins et sans mes chaussures !!?? Je fais quoi ??? Renoncer au spectacle ? Essayer de vendre le billet ? Ha non ! Quand même ! J’aime trop les spectacles, c’est trop rare, trop précieux et trop nécessaire dans cette vie de dingue !

 

19h55…. Bon… Voilà, voilà… Pas le choix… Si je veux voir ce spectacle, va falloir assumer… J’enlève mes patins. Hop ! Debout… en chaussettes. Avoir l’air digne. Normal. Respirer. Faire comme si de rien n’était. De toute façon, personne ne regarde tout le temps parterre. Surtout pas au Grand Théâtre…

 

21h20. Roméo et Juliette terminé. Le public est enthousiaste. Moi, un peu mitigé. De très beaux mouvements. Parfois. Surtout de groupe. Par contre une manière d’attraper les corps des autres danseurs que je ne trouve pas belle. Un style. Mais je n’aime pas. Et ça revient tout le temps. Mais je suis loin d’être un connaisseur averti...

 

21h25. Et il va falloir rentrer à Plan-les-Ouates… Je fais quoi ? Je retourne au bureau prendre mes chaussures ? Ou je prends le tram tout de suite jusqu’aux Palettes où mon vélo m’attend ? Bon, je peux mettre mes patins. Dans le tram, ce n’est pas autorisé mais c’est moins étrange quand même que de rester en chaussettes… Et ensuite ? Pédaler en chaussettes ? Bon… On y va… Et on verra…

 

21h45. J’y suis ! Maison ! Home ! Enfin ! Arrêter cette étrange galère ! Retour à la normale… Ouf…. Dring, dring, dring… Allo ? Oui ? Oui ? Quoi ? Passer à la lessive !!!? Maintenant ???? Non ! Pitié ! Pas maintenant !!! Je n’en peux plus !!! Je veux rentrer !!!! Je veux manger !!!!

 

23h05. J’ai mangé. Ecouté les nouvelles à la radio. La Première. France-Inter. Bu un verre de vin. Tout va nettement mieux… Je respire... Enfin…

 

23h10. Oui, voilà. Je descends à la lessive… Oui… Pfffff… Je peux prendre de l’eau à la cave… Et vider les machines. Mettre dans le séchoir. Etendre le reste…

 

1h30… Et encore me prendre le temps de vous raconter cette petite histoire au lieu d’aller me coucher… Quelle vie quand même… Surtout que je l’ai choisie… Mais pas les patins sans les chaussures, ça non !

 

Moralité ? Mobilité (d'esprit) ! Pour ne pas patiner dans la semoule, il faut savoir garder les pieds sur terre… et ne pas perdre les pédales…

10:57 Publié dans Général | Lien permanent | Commentaires (3) | Tags : patins, inline, chaussettes, roméo et juliette, grand théâtre, danse, lessive | |  Facebook

Commentaires

Ben dites donc ! Sacrée journée ! J'ai relevé deux choses qui me surprennent. D'une part, vous parlez des Droits de l'Homme, ça, ça doit emmerder Cruella et ses Droits Humains ! Vous n'allez pas vous faire une copine de plus ! D'autre part, vous passez sous silence la réception réservée aux députés au foyer du GT qui accompagne les spectacles ! Est-ce que cela vous gêne ?
Santé !
Octave

Écrit par : Octave Vairgebel | 08/05/2009

Réception au foyer du GT pour les députés ? Tiens ! Je ne suis pas au courant ! On ne m'a jamais invité en tout cas. Mais je ne suis pas assez gauche-caviar ou pas assez Cologny-Champel-Genthod peut-être... Je n'ai qu'un modeste abonnement à l'Amphithéatre... Au Conseil municipal de la Ville, par contre c'est différent. Il y a de très bonnes places d'apparatchiks, au parterre. Mais c'est - au moins en partie - normal : c'est bien la Ville qui paye l'essentiel du budget du Grand Théâtre !

PS : par contre une fois au parterre, j'ai eu la "chance" d'avoir comme voisin Philippe Joye... Qui m'a tenu la jambe pour me dire tout ce qu'il avait fait de bien pour Genève (Et je m'en souviens encore : les petits cadeaux aux copains de l'immobilier, la destruction de la Villa Blanc sur la parcelle du foyer de Sécheron, en plein été, sans autorisation de construire, soi-disant pour réaliser une "Maison Europa" (au grand bénéfice en fait des propriétaires de l'époque, Nessim Gaon et ses acolytes) dont on n'a plus jamais entendu parlé après le départ de Joye... la traversée de la Rade...)).

Et il a fini par s'endormir pendant le spectacle... je crois même me souvenir d'un bruit régulier mais assez gênant... Ha, le Grand Théâtre !

Écrit par : roger deneys | 08/05/2009

Tsss, tsss, le foyer , c'est bien connu, c'est le pendant des "pas perdus" de la Tour Baudet ! Comme voisin, Joye c'est pas terrible mais alors que dire si vous étiez tombé sur Jeannot Ziegler ! Là, c'était crachats sur les banques et compagnie ! De plus. comme il parle fort, avec le même accent genevois que Ueli et Maria, vous n'auriez pas réussi à vous assoupir !

Écrit par : Octave Vairgebel | 08/05/2009

Les commentaires sont fermés.