24/06/2009

Grand Conseil : les délires de la droite infantile

En lisant l’édito du Député-fonctionnaire patronal Pierre Weiss dans Entreprise romande du 5 juin dernier, j’ai dû me frotter les yeux à plusieurs reprises… Pardon ? N’ai-je pas rêvé ? Je lis bien que le référendum contre le stupide financement cantonal de la tranchée couverte de Vésenaz, plus de 40 millions grillés sur les impôts de tous les contribuables genevois pour 500 riverains directs habitant l’une des plus riches communes du canton, sans aucune amélioration digne de ce nom à l’échelle intercommunale ou régionale, serait la cause première d’une « vengeance » que nous « mériterions » pour avoir osé, fous que nous sommes, contrarier le Dieu Voiture ? Une « vengeance » contre le financement des transports publics, des trams et du CEVA !


Je sais que l’humeur genevoise est un peu perturbée du côté des relations sadomasochistes ces derniers temps, une sorte de syndrome collectif Cécile B. si l’on veut. Je t’aime, je t’attache, je te tue même peut-être si tu es trop méchant quand tu me parles… Perturbant…

 

Mais en lisant, je n’ai pu m’empêcher de penser que les raisonnements parfois assez « primaires » des enfants que je côtoie, les miens et ceux du voisinage, qui ont entre 3 et 8 ans, du genre « il m’a tapé, je le tape ! » ou « c’est à moi, je l’ai pris en premier ! » avaient un bel avenir devant eux, sans rien y changer, au moins du côté de la politique genevoise et du Grand Conseil ! Quelle misère !

 

Car la question qui se pose en réalité est la suivante : avons-nous besoin de transports collectifs supplémentaires à Genève et dans la région ?

 

Ce n’est pas une question de vouloir faire plaisir ou non à un petit copain, ce n’est pas une question de droite ou de gauche, c’est une question d’évaluation des besoins et des capacités !

 

Alors, aujourd’hui, à Genève, peut-on imaginer, même avec la meilleure volonté possible, sponsorisée par Audi, BMW et Mercedes, que la circulation va s’améliorer si on ne fait rien pour convaincre une partie des automobilistes à renoncer à l’utilisation quotidienne et irrationnelle de leur joujou motorisé ? Moi, je ne vois pas. Et la Confédération, pas spécialement à majorité de gauche jusqu’à preuve du contraire, non plus.

 

La place manque, vous pouvez faire exploser les trottoirs, ça ne sera quand même pas possible. Vous ne pouvez pas ajouter 10% ou 20% de trafic en plus au centre de Genève et espérer pouvoir rouler, ni même dans les communes voisines ! Sans compter les problèmes d’espace, de bouchons donc, il faut aussi rappeler que les valeurs limite de pollution, air et bruit, OPair et OPB, ne sont pas des inventions de la gauche écolo et des verts, en les dépassant, on favorise des mesures de restriction bien plus strictes du trafic !

 

Alors, les transports publics, les trams et le CEVA, ce n’est pas pour « faire plaisir  à la gauche écolo», qu’il faut les accepter, c’est tout simplement pour rendre encore possible la circulation de voitures ces prochaines années ! N’importe quel automobiliste s’en rend pourtant bien compte au quotidien !

 

D’ailleurs, le blabla du Député-fonctionnaire patronal est assez pathétique car il a tendance à confirmer ce que je craignais depuis fort longtemps : une partie de la droite genevoise n’a même pas compris cette nécessité, les votes transports publics, trams, CEVA, n’ont été positifs que pour essayer de donner un vernis plus écolo à des programmes électoraux trempés dans l’essence !

 

En réalité, la gauche écolo et les verts ne défendent une fois de plus aucun intérêt personnel en lançant ce référendum, ils agissent ainsi car ils se préoccupent de l’avenir collectif de notre canton et de ses habitant-e-s : ce projet amène-t-il de réelles améliorations pour la collectivité cantonale  ? Non ! Surtout que les moyens sont limités et que notre dette, 10 milliards, nous coûte au bas mot 200 à 300 millions de francs par an en intérêts ! Aurions-nous pu faire mieux avec moins d’argent ? Oui, au moins en commençant par prolonger les transports publics jusqu’à la Pallanterie !

 

En souhaitant couper dans des projets de transports collectifs pour nous « punir », cette droite infantile rate sa cible : ce n’est pas les trams ou le CEVA en tant qu’objets qui nous intéressent, c’est l’amélioration de la qualité de vie qu’ils peuvent apporter à nos concitoyennes et concitoyens qui nous préoccupe. Et si ces projets ne se réalisent pas, si d’autres, suicidaires en terme d’avenir à l’échelle de la planète tels que la traversée de la rade ou du lac, se réalisent, nous n’aurons jamais l’impression d’avoir « perdu un jouet » ou d’avoir été punis : nous penserons seulement – une fois de plus d’ailleurs – que c’est véritablement dramatique de détruire nos biens les plus précieux, notre vie et notre territoire, pour de basses questions d’égoïsme à court terme et de cupidité.

 

Cette droite ne fait d’ailleurs que punir une partie de ses propres troupes, puisque les chantiers de transports publics, trams, CEVA, sont des business qui profitent avant tout aux grandes entreprises de travaux publics, pas spécialement des lobbies de gauche à ma connaissance… Et faire capoter près d’un milliard de francs de travaux parce qu’on n’aurait pas son jouet à 60 millions ? Ridicule ! Mais l’infantilisme d’une partie de la droite genevoise est sans borne… Où se trouvent donc les parents pour qu’on puisse discuter sérieusement ?

 

En attendant, signez sans hésiter le référendum contre le financement cantonal de la tranchée couverte et si Vésenaz et Collonge-Bellerive veulent se payer un joujou inutile, c'est déplorable, mais qu'ils le fassent sans les précieux deniers du Canton ! ref_vesenaz.pdf

08:23 Publié dans Général | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : politique, droite, infantilisme, mobilité, vésenaz, ceva, trams | |  Facebook

Commentaires

A court d'argument, nos partis de droite n'ont que la théorie du complot et l'attaque ad hominem ... est-ce même intéressant d'en parler ?

Écrit par : Djinius | 24/06/2009

D'abord concernant l'infantilité des interventions au grand conseil, j'invite chacun a suivre les debats sur leman bleu pour se faire sa propre idée, voyez ce que je veux dire ?

Et sur la traversée de Vesenaz:

Même les 20'000 bagnoles travesant quotidiennement Vesenaz decidaient de rester dans un P&R anterieur, ne serait il pas mieux pour les 400 bus navettes que ça impliquerait qu'ils passent sous Vesenaz plutot qu'a travers ?

N'est il pas une evidence que les grands axes cantonaux doivent eviter le centre des localité, toutes les localités, même si c'est un repère de 500 "sales bourges" (ref. La verte Jaqueline Roiz).

Faut il obliger le trafic a s'empiler sur le pont du mont-blanc quand une traversée de la rade pourrait soulager le centre ? Etrange vision d'avenir pour le fameux "arc lemanique".

E

Écrit par : Eastwood | 25/06/2009

Les commentaires sont fermés.