07/10/2009

Conseil d'Etat : Dr. Jekyll-Nidegger et Mr. Hyde-Pardo

La publicité de l'UDC dans la Tribune de Genève de ce lundi 5 octobre (« Le CEVA ? Un nouveau moyen de transport pour la racaille d'Annemasse ») a suscité une légitime levée de bouclier, d'indignations et de réactions scandalisées.

Je ne suis pourtant pas certain que le but premier de cette annonce provocatrice était de mobiliser l'électorat UDC pour les élections au Grand Conseil.

J'ai même l'impression que l'UDC, avec la complicité de certains responsables de la Tribune de Genève, que j'ai de la peine à considérer comme complètement naïfs, cherche à nous jouer un mauvais remake du film Le bon, la brute et le truand.


Dans le rôle de la méchante brute, Soli Pardo, président de l’UDC genevoise, qui, subitement, ose de son propre chef publier une annonce mensongère et malhonnête.

Dans le rôle du truand qui joue l’innocent, les responsables de la Tribune de Genève qui ont autorisé la publication de l’annonce, comme autrefois les annonces avec les moutons noirs.

Et dans le rôle du bon, Yves Nidegger. Mais regardez comme ce garçon est raisonnable et gentil, un gendre idéal, tellement poli : un premier article lundi 5 octobre, p.24, pour nous montrer sa grandeur d’âme, quasiment son humanisme, en ne soutenant pas l’initiative de l’UDC sur l’interdiction des Minarets. Même si c’est parce qu’on peut « maîtriser (sic !) les dangers de l’Islam par d’autres moyens ».

Et rebelote le mardi 6 octobre ! Une autre page entière. Au sujet de l’annonce sur la racaille. Cette fois le gentil Nidegger sermonne le vilain Pardo : « Cette communication est peu intelligente et peu efficace ». Mais quelle virulence ! Quelle remise au pas ! On sent que le président Pardo en tremble d’effroi !

Et, regardez, ils sont civilisés quand même ces UDC : subitement, ils ne veulent pas garder le Président qui les a dirigés pendant plusieurs années ! Vraiment des politiciens responsables, vraiment raisonnables, Nidegger en tête  ! Vraiment la carrure d’un homme d’Etat, non ?

Je ne sais pas si vous allez parfois au théâtre mais je vous conseille vivement les spectacles de Comedia del’Arte, où la farce est si grosse, la ficelle si visible que le rire devient vite énorme, irrésistible.

Ici, je crois que nous assistons à la première salve de la droite genevoise la plus conservatrice, alliée aux responsables et autres têtes « pensantes » de la Tribune de Genève et sans doute à certains milieux économiques rétrogrades en faveur d’un Conseil d’Etat composé de 4 représentants de l’Entente et d’un représentant de l’UDC, afin d’assurer une majorité néolibérale massive au Conseil d’Etat.

Et, compte tenu de l’annonce formelle de l’Entente de ne pas conclure d’alliance avec M. Nidegger, seule une politique de rapprochement avec le centre, justement en insistant sur le côté gendre idéal, si gentil du candidat, pourrait aboutir à l’adhésion des électrices et électeurs du centre…

Les candidates choisies par les Socialistes et les Verts pour accompagner les sortants sont de plus certainement dans le collimateur des bien-pensants rétrogrades genevois… Et évidemment encore plus la Socialiste, dont le parti s’oppose à des baisses d’impôts irréfléchies et destructrices ou à des baisses de prestations sociales.

Ces dames ne sont pas assez ceci ou pas assez cela, ou trop cela et ceci… bref, des femmes de gauche ou vertes, donc sans aucune qualité d’Hommes d’Etat… Un classique de préjugés, rien de nouveau .

Un archétype conservateur de ces préjugés est incarné par Pascal Décaillet, qui a déjà eu l’occasion d’exprimer son admiration pour le si bon Nidegger, si poli et si cultivé dans la Tribune de Genève…

Il est donc important de ne pas être dupe : l’UDC est un parti d’extrême-droite qui cherche à redorer son blason en tenant des propos centristes quelques semaines avant une élection cruciale. Les électrices et électeurs ne devraient pas l’oublier, sous peine de vivre 4 ans de démantèlement de l’Etat encore plus massif ! A bon entendeur…

PardoNidegger.jpg

Commentaires

Wouaaah ! C'est tout ce que vous avez trouvé pour justifier d'avance les (éventuels) mauvais résultats (prévisibles) du PS ?
L'argument habituel ("face aux millions dépensés en propagande par la droite, le PS n'avait pas les moyens de...") est trop usé ?
Ouhlalaaaa... on commence vraiment à "penser sophistiqué" au PS !
Bravo !

:o)

Écrit par : Blondesen | 07/10/2009

Joliment dit par Blondesen ... Je souscris! Que les adversaires qui n'aient rien à dire, s'en donnent à coeur-joie, c'est tellement prévisible! Pfff ...

Écrit par : Micheline Pace | 07/10/2009

Les commentaires sont fermés.