07/03/2013

IN-146 « Stop aux hausses des tarifs des Transports publics genevois ! » : passons à l'acte !

Tout en partageant les préoccupations exprimées par les initiants de l’IN-146, à savoir d’offrir à la population des tarifs réellement attractifs pour les transports publics genevois, force est de constater que cette initiative n’était pas particulièrement bien formulée. En commission des transports lors de l’étude de l’initiative et lors des débats en séance plénière, les députés socialistes, en particulier mes collègues Loly Bolay et Antoine Droin, ont d’ailleurs défendu l’idée d’un contre-projet à cette initiative pour répondre à la problématique de façon plus judicieuse. Mais maintenant que l'initiative a été acceptée par le peuple, il faut la mettre en oeuvre dans les meilleurs délais pour respecter la volonté populaire et simplement corriger les erreurs et les oublis de son texte. Sans tarder !


Outre le couac de la « Carte journalière Tout Genève 1 heure», la question du tarif junior qui ne s’adresse qu’aux 6-18 ans en lieu et place des 6-25 ans est nettement plus problématique, de nombreux jeunes étant en formation ou en tout cas loin d’avoir les revenus des adultes.

Maintenant, l’initiative ayant été acceptée par le peuple, deux stratégies s’offrent à nous députés au Grand Conseil :

- celle des mauvais perdants, que le PLR semble encore une fois privilégier, en contestant la validité de la votation populaire ou le texte même de l’initiative ;

- ou celle des bons perdants, qui prennent acte de la décision populaire et qui se donnent les moyens de la mettre en œuvre dans les meilleures conditions possibles.

Les Socialistes défendent la seconde position et souhaitent que l’initiative soit mise en œuvre dans les meilleurs délais, tout en corrigeant les erreurs et « oublis ».

Un projet de loi tel que celui que je viens de rédiger en quelques minutes y répond immédiatement : la carte journalière redevient valable une journée au lieu d’une heure… Et le tarif junior s’applique aux 6-25 ans.

Peut-être que le Conseil d’Etat s’est déjà engagé dans la même démarche, espérons, mais dans tous les cas les Socialistes pourront déposer le projet de loi ci-annexé pour répondre dès la session du Grand Conseil de la semaine prochaine à cette problématique.

Et, une fois n’est pas coutume, s’agissant de la correction d’une erreur et d’un oubli, un tel projet de loi devrait être adopté sur le siège, sans même retourner en commission ! A bon entendeur…

PL_CorrectionErreursIN146.pdf

PS : Aux pages 17 et 18 du rapport sur l’initiative (http://www.ge.ch/grandconseil/data/texte/IN00146C.pdf), 2 commentaires de députés libéraux qui valent leur pesant de cacahuètes… Et dont on peut déjà conclure, l’initiative ayant été acceptée, que les libéraux soutiendront une éventuelle hausse d’impôts – mais la suppression du bouclier fiscal qui protège les grandes fortunes y suffirait amplement ! – pour sa mise en œuvre !

 « Un commissaire (L) rappelle qu’un contreprojet laisserait entendre que les politiciens ont trouvé le concept intéressant, ce qui n’est pas le cas ici. Le commissaire estime qu’il serait facile de présenter aux électeurs un argumentaire clair et précis expliquant pourquoi l’IN 146 est inacceptable et un contreprojet inapproprié. »

« Un commissaire (L) insiste sur le fait que l’acceptation de l’IN provoquerait une augmentation d’impôts pour financer la mobilité des usagers… »

11:59 Publié dans Général, Genève, mobilité, Politique, TPG | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook

Commentaires

Tant qu'à corriger les erreurs, autant supprimer la surtaxe de 10.- pour un paiement échelonné en ..."un acompte"... -> remplacer "un" par "deux"!

En tout cas, on se réjouit d'entendre les arguments d'anguille des PLR-PDC face à ce PL!

Écrit par : Julien Nicolet | 08/03/2013

Les commentaires sont fermés.