25/06/2014

Prendre son vélo dans les TPG : c’est enfin possible !

Depuis le 1er mars 2014, les cyclistes peuvent – enfin ! – transporter leur vélo tous les jours de la semaine dans tous les véhicules des transports publics genevois ! Si la pertinence d’une telle disposition n’est pas forcément évidente pour les cyclistes, elle n’en demeure pas moins symboliquement forte… et occasionnellement utile… Retour sur ce progrès genevois obtenu de haute lutte.

Genève, TPG, vélo, tram, bus, métro, 2014



Cette possibilité existe en effet depuis plus de 15 ans dans les autres grandes villes suisses[1] ou à l’étranger (à Copenhague, on peut p.ex. transporter son vélo dans le métro !), la décision du Conseil d’administration des TPG est donc tout simplement historique car ProVélo Genève, déjà du temps de l’Aspic, avait demandé qu’il en soit de même… Mais sans aucun succès.

Genève, TPG, vélo, tram, bus, métro, 2014
















Métro de Copenhague, 8 septembre 2006, voyage d’étude de Provélo Genève

 

Genève, TPG, vélo, tram, bus, métro, 2014

Métro de Copenhague, 8 septembre 2006, voyage d’étude de Provélo Genève

 

Genève, TPG, vélo, tram, bus, métro, 2014, Bâle

Distributeur TP, Bâle, 9 avril… 2004

Durant ces 15 dernières années, nous avons essayé de convaincre, pragmatiquement, que cette possibilité n’allait certainement pas conduire à une invasion des transports publics par des cyclistes : QUI d’entre les cyclistes, qui aiment à pédaler à l’air libre malgré les dangers et autres aléas du trafic motorisé, prendrait son vélo pour le mettre immédiatement dans un bus ou un tram sans un motif impératif ? Aucun !

Seuls une crevaison, un violent orage d’été qui se prolonge ou une tempête de neige inattendue, une méchante entorse, une longue soirée peut-être un peu trop arrosée loin de notre domicile ou un déplacement plus conséquent de qu’habitude, avec des enfants ou un chargement volumineux, peuvent contraindre un cycliste à envisager de mettre, sans doute contrarié, sa bicyclette dans un véhicule des transports publics. Mais, dans ces occasions, cette possibilité a tout son sens…

Le cycliste n’a pas vocation à s’enfermer. Malgré cette évidence pour les cyclistes, il a fallu, en dehors de toute réalité factuelle – par exemple l’étude des chiffres d’autres villes suisses – se battre contre des préjugés tenaces : cette possibilité allait provoquer l’envahissement des véhicules des TPG par les cyclistes genevois.

En rédigeant cet article, j’ai cherché copie du premier message envoyé à mon ami Robert Cramer, Conseiller d’Etat en charge de la mobilité dans lequel j’évoquais, de façon informelle, cette possibilité existante dans d’autres villes. Je n’ai reçu une réponse de sa part, par courrier, que bien plus tard et, si elle n’était pas totalement négative, laissait cependant comprendre qu’il faudrait sans doute encore attendre bien longtemps.

Le 8 février 2011, en compagnie de plusieurs députés Socialistes et Vert, je déposais la motion M1995[2] pour demander l’expérimentation de la possibilité de transporter les vélos en dehors des heures de pointe. Lors de son traitement au Grand Conseil, alors même que nous demandions un simple renvoi en commission pour en étudier la faisabilité et lever les éventuelles craintes exprimées par les députés… automobilistes (sic !), le débat s’était révélé aussi caricatural, mensonger et méprisant qu’on peut le craindre au Parlement genevois lorsqu’on parle de vélos… Florilège de quelques interventions[3] :

M. A. P. (MCG). Suite à l'acceptation de l'initiative 144 par le peuple, des pistes cyclables et des bandes cyclables vont bientôt couvrir tout le canton. Les cyclistes ont déjà largement pris possession des trottoirs et des voies piétonnes; ne les laissons pas prendre l'un des rares lieux où le piéton peut encore être en sûreté, sans risquer de se prendre les jambes dans les pédales ou les roues des vélos !

M. F. G. (MCG). Quand je lis l'intitulé de cette motion: «Renforçons la sécurité routière grâce à une meilleure complémentarité entre transports publics et vélos...», laissez-moi rire ! Apprenons peut-être aux cyclistes à conduire ! Et à s'arrêter aux feux rouges ! Et à respecter les règles de la circulation ! (Commentaires.) Je suis mort de rire quand je vois une motion - qui va nous faire encore perdre un temps fou - préconiser de mettre des vélos dans un tram ! Mais de qui se moque-t-on ?

M. M. D. (R). […] Il est vrai que, les soirs où l'on a un peu trop bu, on aimerait pouvoir accrocher sa voiture derrière un tram pour rentrer à la maison sans risque... C'est aussi une bonne suggestion que je vous invite à considérer, Mesdames et Messieurs les socialistes. Ce serait bien de penser aussi aux automobilistes... Et l'on pourrait peindre l'avant des trams en rouge, ça ferait «Nez Rouge», c'est très sympathique !
Quand on dit que les autres villes de Suisse... D'abord, ce n'est pas vrai. Sur les réseaux urbains, les vélos ne sont pas acceptés ! Les vélos ne sont acceptés que sur les réseaux régionaux. C'est extrêmement différent ! Il se trouve que les transports régionaux dans les villes de Berne, de Bâle et de Zurich rentrent en ville, mais ce n'est pas le cas sur les transports urbains.

 … Mais comme on rit avec finesse des cyclistes dans ce Grand Conseil, vous ne trouvez pas ?

Cette motion fût donc enterrée sans même avoir été étudiée même si, entretemps, Michèle Künzler Conseillère d’Etat en charge de la mobilité, avait réussi à assouplir les conditions d’embarquement des vélos à bord des TPG et il était devenu possible de les y transporter les dimanches.

Et c’est donc avec un grand soulagement que nous avons appris que dorénavant, les transports publics genevois offraient les mêmes possibilités de transport des vélos que dans les autres grandes villes suisses ! Une Genferei éliminée, après plus de 15 ans d’effort, pour un enjeu tellement peu important dans les faits… C’est dire si le combat pour la mobilité douce, dans ce canton qui croule pourtant sous le poids de l’excès automobile, reste difficile au bout du lac !

 


[1] http://www.tpg.ch/drt-tpg

[2] http://www.ge.ch/grandconseil/data/texte/M01995.pdf

[3] http://www.ge.ch/grandconseil/memorial/data/570212/75/570212_75_partie6.asp

10:19 Publié dans Général, Genève, Politique, TPG, vélo | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Les commentaires sont fermés.