02/09/2014

Traversée de la rade : TPG Publicité ou TPG Débilité ?

Soyons clairs. L'acceptation de la traversée de la rade version UDC le 28 septembre prochain coûtera plus d'un milliard de francs pour sa réalisation, plusieurs dizaines de millions de francs par an pour son fonctionnement et aura pour seul effet de créer très rapidement des embouteillages encore plus monstrueux qu'aujourd'hui au centre de Genève.

Dans le même temps, les clients des TPG, qui sont pourtant des citoyens qui font déjà preuve d'un civisme particulièrement exemplaire en renonçant à la voiture individuelle pour s'entasser souvent comme des sardines et avancer à une vitesse d'escargot, en subiront immédiatement les conséquences.


En effet, les embouteillages, d'abord à l'Avenue de France, à la Rue de Lausanne et sur les quais, s'accentueront très rapidement en raison de l'impossibilité de créer des débouchés de gabarits suffisants aux sorties de la traversée de la rade modèle UDC.

Il faut également rappeler que l'investissement de plus d'un milliard de francs pour cette traversée totalement inutile au vu de sa localisation va devoir être financé par le canton uniquement. Or la droite au Grand Conseil, dont l'UDC, a multiplié les mécanismes automatiques de freins au déficit et à l'endettement : en cas d'acceptation de la traversée de la rade, il faudra choisir : si elle devient une priorité, il n'y aura automatiquement plus d'argent pour financer l'extension du réseau de trams et la gare souterraine de Cornavin : les usagers des transports publics devront ainsi payer, via leurs impôts, une traversée qui empêchera directement l'amélioration des prestations dont ils bénéficient.

Or, ces derniers jours, encore hier, j'ai pu voir un tram aux couleurs publicitaires de cette traversée de la rade qui va directement péjorer les clients des TPG !

La régie publicitaire des TPG dysfonctionne totalement depuis plusieurs années et se distingue régulièrement par son arbitraire en matière d'acceptation ou de refus de certaines publicités mais, là, elle bat tous les records de stupidité en acceptant de faire la promotion d'un projet qui va directement nuire à la qualité des prestations de ses clients !

Cette entreprise n'a-t-elle pas au moins une charte et une clause déontologique pour protéger ses intérêts et donc s'interdire les publicités qui nuisent directement à ses clients ? C'est tout simplement incompréhensible !

Et le goût de bouchon avec la gueule de bois des finances cantonales pour plus d'un milliard de francs, c'est NON !

09:56 Publié dans Général, Genève, mobilité, Politique, Région, TPG | Lien permanent | Commentaires (5) | |  Facebook

Commentaires

Comme dirait Ospel, comparativement au renflouement des caisses de pension des fonctionnaires, c'est peanuts. Malgré tout, je voterai non à cette traversée, d'une part pour emmerder les nombreux adeptes du Grand-Genève, mais principalement car nous n'avons plus un rond. Et qui est responsable de cette dette abyssale ? Si si, votre génération Monsieur Deneys. Alors merci de cesser de vouloir donner des leçons de bonne tenue de compte à celle qui vous mettra en terre. Ca fait des lustres que vous vous accrochez en politique comme tellement d'autres, commes des moules à leur rocher.

Écrit par : Pascal Legendre | 02/09/2014

Ce n'est pas gentil de s'en prendre aux moules (du lac je pense).

En l'occurrence, cela fait 10 ans que je suis au Grand Conseil et je n'ai pas particulièrement participé à une "folie des dépenses"... Au contraire, avec les Socialistes, j'ai essayé de mettre en garde le Grand Conseil dès 2009, lors du débat sur la baisse d'impôts qui nous fait prendre 400 millions de recettes fiscales en moins par an dans les gencives (cf. p.ex. ma dernière intervention à la fin de http://www.ge.ch/grandconseil/memorial/data/560409/48/560409_48_partie2.asp).

Alors quand une majorité de ce Grand Conseil a été capable de voter une baisse d'impôts de 400 millions de francs par an - sans compter 100 millions de moins pour les communes - alors que la dette s'élevait déjà à 10.5 milliards de francs, je dois dire que c'est sans moi !

La logique et la prudence la plus élémentaire auraient dû nous conduire à REMBOURSER LA DETTE AVANT DE BAISSER LES IMPOTS. Un enfant de 5 ans pourrait le comprendre. Mais pas une majorité du Grand Conseil, voilà le drame.

Alors voilà, j'ai essayé, je n'ai pas pu.

Mais si en 10 ans de Grand Conseil j'ai quand même réussi à vous faire croire que je vous coûte un milliard de francs de dette en plus par an, là je suis fort...

Écrit par : Roger Deneys | 02/09/2014

alors Roger on veut museler la publicite ! on a le droit d'en faire seulement si on est d'accord avec vous !

Vous commencez à devenir argneux mon Roger ! l'accumulation des défaites sans doute

Écrit par : salinas | 02/09/2014

M. Legendre,

Je ne crois pas que les adeptes du Grand-Genève soient "emmerdés" par votre refus de la "petit traversée" de la rade....bien au contraire. Tout l'argent qui serait consacré à cette inutile traversée, se ferait au détriment de tout autre investissement, et notamment les projets d'agglomération du Grand-Genève, dont font partie aussi le développement de nouvelles lignes de tram.
Mais vous faites bien de voter non.

M. Deneys,
TPG Publicité a pour but de vendre un maximum d'espaces publicitaires, et ça marche plutôt bien. En tant que politicien, mettez tout en oeuvre pour faire échouer le projet de l'UDC. Vous pourrez ensuite vous moquer d'eux à double titre...ils auront perdu et auront enrichi les TPG, un comble. :-)

Écrit par : Jacphil | 02/09/2014

On peut discuter de la question de la publicité sur les trams en tant que telle mais ici mon propos est surtout de relever le manque de cohérence de cette entreprise qui prend le risque de saborder la qualité - déjà inégale - des prestations qu'elle délivre à ses clients au prétexte de gagner un peu d'argent.

Au demeurant, mon courroux est aussi alimenté par le fait qu'il y a quelques années, TPG Publicité avait bien refusé de la publicité pour des motifs bien futiles. Le Grand Conseil avait eu l'occasion d'en parler et de s'en étonner.

Alors le deux poids, deux mesures est très genevois mais il m'exaspère... Surtout que le risque pour les investissements futurs des TPG est bien réel.

Donc si on prétend vouloir gagner 100'000 francs en faisant la promotion d'une initiative qui vous fait perdre plusieurs centaines de millions de francs si elle aboutit, je dois dire que j'en suis non pas hargneux - je ne vois pas vraiment pourquoi d'ailleurs, le peuple a fait ses choix, je les respecte même quand je ne les partage pas - mais tout simplement sidéré par une cupidité si stupide !

Écrit par : Roger Deneys | 02/09/2014

Les commentaires sont fermés.