07/01/2015

Cabu

Charlie Hebdo, Cabu, liberté, liberté de la presse, liberté d'expression, humour

#Cabu. Cela fait plus de 35 ans que je lis le Canard Enchaîné chaque semaine, plus occasionnellement #CharlieHebdo. Je ne me souviens pas du premier dessin de Cabu que j'ai vu et qui m'a faire rire.

Cabu m'a pourtant accompagné durant toutes mes années de militantisme. Parce que s'il était antimilitariste et anticlérical, il était aussi, en plus d'être drôle et "politique" dans le sens le plus noble du terme, profondément tendre et amoureux de l'être humain dans tous ses travers et toutes ses faiblesses.


Ajourd'hui, j'aime aussi voir que mon fils Yann, 12 ans, se replonge assez souvent dans la lecture du Grand Duduche de La fille du proviseur. J'en suis fier. Fier de mon fils, fier de Cabu. Fier de la liberté contre tous les barbus et tous les uniformes.

Et Cabu, c'est aussi mon beauf, l'ancien, le nouveau, et son fils, archétype du mâle stupide et prétentieux, pro-chasse, pro-armée, pro-bagnole, bête et machiste.

Il m'avait inspiré il y a bien des années, du temps d'Etat d'Urgences d'avant l'Usine, l'idée du Beauf Club Geneva. J'en avais fait des autocollants. A coller à l'arrière des Golf GTI et des Opel Manta bien sûr.

Et ces dernières années, je dois dire que j'y pense souvent lors de certains débats au Grand Conseil ou en commission. J'en avais récemment fait le hashtag #BeaufPowerGeneva.

Cabu fait ainsi profondément partie de ma vie. Il fait que je me sens moins seul dans certains combats. Il m'a accompagné. Et il m'accompagnera toujours.

Aujourd'hui, après ce carnage innommable au siège de Charlie Hebdo, je suis profondément triste. Mais aussi en colère face à tant de bassesse. Et en rage de libertés à défendre.

Si nous sommes attachés à la liberté, la liberté d'expression, la liberté de la presse, la liberté de croyances, la liberté de rire de tout aussi,  je pense que nous devons réagir ensemble pour exprimer d'abord notre énorme chagrin face à tant de haine et de lâcheté minable et rendre hommage à ces si précieuses et nécessaires personnes aujourd'hui disparues.

Mais aussi exprimer toute notre détermination à défendre toujours toutes les libertés de penser et d'être. Et de rire publiquement de toutes les activités humaines.

Charlie Hebdo, Cabu, liberté, liberté de la presse, liberté d'expression, humour

17:19 Publié dans France, Général, Humour, médias, Médias, Monde, Résistance | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Les commentaires sont fermés.