12/10/2015

Buscogate : le Conseiller d'Etat dal Busco a volontairement contourné la suppression du 14ème salaire votée par le Grand Conseil

Le Grand Conseil a EXPLICITEMENT considéré que les personnes aujourd'hui privilégiées par le Conseiller d'Etat dal Busco devaient aussi voir leur 14ème salaire supprimé !

En effet, lors des travaux de la commission, le Conseiller d'Etat dal Busco est venu nous faire part de la situation de quelques personnes de son Département des finances qui, selon lui, "méritaient" plus particulièrement ce 14ème salaire au sein de sa seule administration - ce qui est déjà assez curieux - et d'ailleurs parfois avec des arguments tout aussi curieux.

 


Ces éléments figurent dans le rapport de majorité et n'ont ensuite, et contrairement au cas des médecins des HUG, faits l'objet d'aucun amendement spécifique (en l'occurrence pour les HUG, un délai supplémentaire de 3 ans pour régler le cas particulier du personnel médical des HUG et éviter une éventuelle fuite des médecins de pointe de l'hôpital cantonal vers d'autres établissements; amendement qui a été accepté par le Grand Conseil), ce qui aurait été possible si le Grand Conseil avait voulu préserver les privilèges de ces quelques personnes du Département des finances.

La décision du Grand Conseil portait donc aussi de facto sur ces personnes précises et il est donc INADMISSIBLE que le Conseil d'Etat ait organisé à l'avance le contournement de la loi votée par notre Grand Conseil.

Je vous invite à aller relire les rapports sur le projet de loi PL11328 que j'avais déposé avec les députés du Parti socialiste genevois pour supprimer le 14ème salaire, devenu encore plus indécent au fil du temps quand on demande dans le même temps à l'ensemble des Genevoises et Genevois de faire des efforts en supprimant les aides dont ils bénéficiaient ou en baissant les prestations publiques.

 

A la PAGE 38 du rapport, cf. http://ge.ch/grandconseil/data/texte/PL11328A.pdf, vous retrouverez aussi le compte-rendu de l'audition en question et des arguments évoqués par le Conseiller d'Etat et ses collaborateurs mais donc au final rejetés par le Grand Conseil.

Et si M. dal Busco a perdu, il devait, comme Conseiller d'Etat, et quoi qu'il en pense, respecter la loi plutôt que d'organiser la triche, même "légale".

Si, en plus, le reste du Conseil d'Etat a aussi validé cette triche, il convient de le sanctionner car ce n'est pas acceptable, nous avons l'impression de vivre dans une république bananière où certains nantis se partagent des privilèges en contournant la loi pendant que tous les autres rament et doivent subir l'austérité.

Privilèges pour quelques uns et austérité pour tous les autres en somme...

J'espère que le projet de loi que j'ai déposé pour baisser les salaires des Conseillers d'Etat tant que cette situation perdure les aidera à recouvrer la raison...

‪#‎Buscogate

 

 

 

 

11:53 Publié dans Général, Genève, Politique | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Les commentaires sont fermés.