30/11/2015

Lisa Mazzone, future première Conseillère fédérale des Verts ?

Lundi 30 novembre 2015.

Alors que la radio rappelle l'ouverture de la conférence sur le climat COP21 ce lundi matin à Paris, en présence de nombreux chef-fe-s d'Etat et de gouvernement, et l'ouverture, cet après-midi, de la nouvelle session 2015-2019 des Chambres fédérales à Berne, je vois par la fenêtre, un arc-en-ciel lumineux qui naît sur fond de profondes grisailles. Lueur d'espoir, de couleur, de gaieté. D'avenir.

Lisa Mazzone, Conseil national, COP21, Assemblée fédérale, Suisse, avenir, écologie, Verts


Je ne peux m'empêcher d'y voir un petit clin d'œil du destin alors que la conférence parisienne va ronronner de déclarations plus ronflantes et hypocrites les unes que les autres soi-disant pour lutter contre le réchauffement climatique… mais tout en poursuivant la course effrénée pour le profit maximum de quelques-uns… et, qu'en Suisse, la nouvelle Assemblée fédérale va grouiller, encore plus qu'avant, d'idées ringardes, de peurs, de valeurs du passé, de racisme rampant et de déclarations vrombissantes en faveur du béton, des routes et autoroutes, des tunnels, des ponts et de la surconsommation effrénée de pétrole sous toutes ses formes…

Et je me réjouis de savoir que, justement ce jour, le discours de la benjamine du Conseil national sera prononcé par la nouvelle Conseillère nationale des Verts genevois, Lisa Mazzone. Car elle incarne, à merveille, au milieu de tous ces barbons auto-satisfaits, la révolution verte qui manque à notre pays, révolution écologique, révolution socialiste, révolution féministe, révolution jeune.

A Genève, après des années terribles où les Verts se sont compromis avec la droite à maintes reprises, notamment pour soutenir en 2009 une baisse d'impôts qui est une des causes profondes du marasme budgétaire actuel, l'arrivée de Lisa Mazzone à la présidence des Verts a été, pour moi, une vraie bouffée d'oxygène et un retour du sens de l'écologie politique, loin des discours acratopèges et calculateurs des notables de ce parti, qui sabordent d'ailleurs parfois de l'intérieur les idéaux qu'ils prétendent défendre.

Au Grand Conseil, elle a aussi dû faire face à toutes les attaques machistes et patriarcales de la majorité conservatrice de Droite. Mais elle n'a pas renoncé. A faire valoir ses idées. A faire valoir ses valeurs. Sans crainte des quolibets, sans peur des moqueries.

Le clin d'œil de ce petit arc-en-ciel matinal me fait espérer que Lisa Mazzone saura aussi trouver ses marques sous la Coupole fédérale et qu'elle pourra, un jour, bientôt, quand le soleil de l'ouverture et de la confiance brillera à nouveau, incarner au Conseil fédéral les idéaux d'une Suisse plus écologique, plus sociale, plus féministe, plus solidaire et plus progressiste. La Suisse en a bien besoin !

Lisa Mazzone, Conseil national, COP21, Assemblée fédérale, Suisse, avenir, écologie, Verts

 

Les commentaires sont fermés.