12/02/2016

Procureur général : Le Temps de l'intégrisme ?

L'article du Temps de mardi dernier 9 février est certes rédigé avec virtuosité, par une plume alerte, sans concession, peut-être trempée dans l'acide ou le vitriol, qui évoque des événements précis qui devront être clarifiés sous l'angle de l'exemplarité puisqu'ils ont "remonté aux oreilles" du Conseil Supérieur de la Magistrature (CSM).

Mais, indépendamment des faits, cet article du Temps dépasse les bornes à au moins deux reprises, faisant penser à un retour au temps de Calvin ou à l'avènement d'une République islamique à Genève.


Deux passages me frappent tout particulièrement.

Quand il est écrit que le Procureur général "se serait donné en spectacle lascivement".

Et quand il est indiqué que "à ce moment avancé de la soirée, la compagne attitrée du magistrat, [... ], était déjà rentrée chez elle afin de libérer la baby-sitter."

Donc si on comprend bien les propos de la journaliste (car il ne s'agit pas de citations, pas de guillemets autour des phrases en question dans l'article), il conviendrait, pour les magistrats - et pourquoi pas aussi les élus, dont l'exemplarité devrait également d'être certifiée dans cette nouvelle République… - à la fois de se comporter et de danser de prude façon (ce qui n'est pas sans évoquer une chanson d'Adamo, Vous permettez monsieur, et cela ne nous rajeunit pas...) en se tenant, à l'extrême limite, de loin, par la main... et de classifier les comportements et les danses selon leur "lascivité" pour ensuite les autoriser ou non aux représentants des trois pouvoirs (je peux déjà vous annoncer que le rock'n roll est une danse diabolique, la samba une émanation directe de d'enfer… sortez vos gousses d'ail ! Sans parler de la manie de vouloir se faire la bise, qui est sans doute aussi déjà excessivement "limite" en termes de sous-entendus lascifs…).

Quant au passage évoquant le retour non simultané du couple à la maison, pour aller au bout du raisonnement, il conviendrait alors de prévoir dorénavant un retour aux mariages arrangés et à un strict protocole pour que Madame et Monsieur, magistrats, élus, et j'en passe, apparaissent partout ensemble lors de sorties... et que Madame suive strictement - et forcément docilement et sans broncher – Monsieur, pendant que la bonne ou la nourrice garde les enfants... Et peut-être faudra-t-il ensuite prévoir les jours et les heures des rapports, les naissances des enfants et j'en passe...

Je suis vraiment effaré d'avoir lu un tel article, avec un pareil amalgame entre des faits dont l'exemplarité est effectivement potentiellement discutable (la quantité d'alcool consommée avant de reprendre le volant) et des événements qui sont totalement hors de propos mais volontairement relatés et manifestement interprétés, à dessein, sous l'angle d'une morale calvino-islamiste, conservatrice et rétrograde, qui n'a rien à faire ici.

09:10 Publié dans Général, Genève, Médias, Politique, Société - People | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Les commentaires sont fermés.