18/05/2016

Pour l'avenir de l'Etat social, votez OUI au RBI !

La votation du 5 juin prochain porte sur le seul principe d'un revenu de base inconditionnel, le RBI, qui "doit permettre à l’ensemble de la population de mener une existence digne et de participer à la vie publique".

Rappelons qu'il s'agit ici d'une initiative constitutionnelle et que ni le montant, ni le financement ne sont en réalité fixés par cette initiative, les exemples chiffrés évoqués ici ou là n'étant que des "exemples" destinés soit à vous convaincre, soit à vous faire peur. Pourtant, en cas d'acceptation, il faudra ensuite voter une loi d'application, soumise à référendum, et qui devra donc proposer un modèle concret qui soit assez convaincant pour rallier une majorité. Il n'y a donc aucun danger imminent pour la vie des entreprises en cas d'acceptation de cette initiative.

Par contre, le principe du RBI est une réponse sérieuse et même indispensable pour réformer les mécanismes de l'Etat social en Suisse, aujourd'hui beaucoup trop lourds administrativement pour les PME, les indépendants, les jeunes, les salariés précarisés, et mettre fin à la multiplication des démarches qui s'additionnent les unes aux autres.


J'ai dirigé une entreprise informatique qui a compté jusqu'à 15 collaborateurs durant une vingtaine d'années.

Peut-être que, comme moi, vous avez engagé des apprentis, des stagiaires, des personnes au chômage - reconversion "fédérale" ou "cantonale", gain intermédiaire - à l'AI ou à l'assistance.

A chaque fois, vous devez remplir des formulaires, vous et la personne concernée, répondre à des questions tatillonnes, lever des soupçons de triche et au final gaspiller un temps précieux. Et à la moindre erreur, vous êtes bons pour vous justifier et prouver votre bonne foi. Alors que les PME n'ont souvent plus les ressources humaines et financières pour faire face aux exigences de l'administration, sans compter les bénéficiaires, qui passent leur temps dans des démarches compliquées, mesquines, démotivantes et finalement absurdes.

Pourtant, si les personnes qui sont mises à l'écart du système de production ne remplissent pas "toutes" les exigences, objectives et subjectives mais toujours plus folles, du modèle de production mondialisé, elles ne sont en réalité ni handicapées, ni incapables, ni fainéantes. La réalité professionnelle que connaissent de nombreux jeunes, vos enfants peut-être, devrait vous le rappeler : l'accès au travail est devenu plus rare et plus compliqué et il en résulte une génération qui ne connaîtra plus les privilèges de l'emploi continu de 20 à 65 ou 67 ans et ne bénéficiera donc plus non plus des prestations sociales telles que nos contemporains ou aînés peuvent connaître .

Le modèle actuel, avec l'AVS, l'AI, le chômage, l'assistance, les allocations familiales, le 2ème pilier, voire l'assurance maladie ou accident, est en réalité devenu beaucoup trop lourd et trop compliqué pour gérer efficacement la nouvelle réalité de la Suisse, pays riche et cher dans une économie mondialisée, et offrir des prestations sociales qui maintiennent la dignité humaine et préserve notre qualité de vie et notre sécurité : alors qu'il n'y a plus de travail pour tout le monde dans les pays occidentaux, il ne sert plus à rien – sauf à vouloir multiplier inutilement le nombre de fonctionnaires et les coûts qui vont avec – de conditionner l'obtention de telle ou telle prestation financière à des "preuves" qui n'en sont pas.

L'idée du RBI revient, tant pour les patrons que pour les salariés, à simplifier les mécanismes, à faire disparaître des couches entières d'administration devenues inutiles. Les engagements d'apprentis, de chômeurs, de stagiaires pourront être rémunérés par le RBI. Les personnes – femmes ou hommes – qui restent au foyer aussi On évitera que les personnes qui n'ont pas d'emploi, qui le perdent ou qui font faillite ne soient ensuite prises en charge pour des revenus de misère à des coûts administratifs disproportionnés.

Et, surtout dans un pays comme la Suisse, il est bien clair que l'idée de bénéficier d'un modeste revenu "automatique" ne détournera presque personne de la volonté – du plaisir - de travailler pour un revenu supérieur.

Et c'est bien entendu la future loi d'application qui permettra de mettre les barrières contre l'oreiller de paresse généralisé ou les coûts excessifs qui résulteraient d'une application trop laxiste du RBI : mais soyons sérieux ! En Suisse, il n'y a aucun risque de voir une loi d'application trop généreuse se mettre en place !

Au XXème siècle, l'AVS et la sécurité sociale ont été une révolution, dont nous bénéficions tous aujourd'hui. Mais au début de ce XXIème siècle, dans un système économique mondialisé qui ne connaît plus le plein emploi, le RBI est une nouvelle révolution nécessaire pour créer un Etat social 2.0, modernisé, moins bureaucratique et beaucoup plus efficace, où l'argent ne se perd plus dans des processus administratifs mais va directement aux bénéficiaires.

Alors, le 5 juin prochain, votez OUI au principe du RBI !

 

Texte de l'initiative en faveur du RBI :

La Constitution est modifiée comme suit :

Art. 110a (nouveau) Revenu de base inconditionnel

1. La Confédération veille à l’instauration d’un revenu de base inconditionnel.

2. Le revenu de base doit permettre à l’ensemble de la population de mener une existence digne et de participer à la vie publique.

3. La loi règle notamment le financement et le montant du revenu de base.

http://initiative-revenudebase.ch/initiative/

09:56 Publié dans Economie, économie, Général, Genève, Politique, Solidarité, Suisse | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Facebook

Commentaires

C'est tout à fait exact.
Mais hélas pour tous ceux qui ont un job et qui ne sont pas passés par la case "exclu" ou celle de la misère, pour tous ceux qui n'ont jamais eu des fins de mois qui commencent le 5 du mois, cette vision des choses reste une vue de l'esprit concoctée par la gauche.
J'ai moi-même dirigé plusieurs entreprises, et en fin de vie active j'ai connu le chômage. Je connais donc le problème et ne peux qu'appuyer votre argumentation.

Écrit par : Lambert | 18/05/2016

Très bone article

Écrit par : Richard | 18/05/2016

Les commentaires sont fermés.