02/11/2016

Avec l'UDC et la RIE 3, les Suisses deviendront paysans ou soldats et les Suissesses femmes au foyer…

On doit remercier l'UDC suisse menée par la pauvre et surexploitée famille Blocher d'avoir annoncé hier mardi 1er novembre, à la veille de la fête des morts (ce n'est sans doute pas un hasard), ses crédos actuels - et mortels pour notre pays -  en matière de finances publiques fédérales.

Ainsi, la Confédération dépenserait trop, l'administration publique serait comme une tumeur cancéreuse et les finances de la Confédération seraient actuellement au bord du gouffre.

Outre que ces constats sont totalement faux, il me semble important de relever les conséquences désastreuses pour la très grande majorité des Suisses – mais évidemment ni la famille Blocher ni les apparatchiks nantis de l'UDC - des "remèdes" avancés par l'UDC, surtout dans le contexte d'une future réforme bâclée de l'imposition des entreprises (RIE 3) excessivement généreuses pour les entreprises et, à l'inverse, ruineuses pour les finances publiques.

UDC, Blocher, Hodler, économie suisse, finances publiques, armée, agriculture, formation, paysan


En effet, l'UDC propose de faire des coupes dans les secteurs de la formation, de l'aide au développement et des prestations sociales, comme par exemple en limitant le financement des places de crèches.

Mais l'UDC refuse de toucher aux vaches sacrées que seraient l'agriculture et l'armée.

Venant de l'UDC, ces propositions ressemblent à une vaste escroquerie à l'encontre de la majorité de ses propres électeurs, les naïves et naïfs qui gobent jusque dans l'urne la propagande électorale de parti ce quand il s'en prend aux étrangers ou aux réfugiés… mais, dans leurs campagnes, sans dire un mot des coupes absurdes qui pénaliseront d'abord les électeurs en question qui sont issus des classes moyennes ou défavorisées.

Les effets réels des coupes proposées par l'UDC dans les finances publiques fédérales sont en effet les suivants.

 

L'UDC veut davantage de réfugiés en Suisse en coupant dans l'aide au développement.

Des coupes supplémentaires dans l'aide au développement ont pour effet direct d'appauvrir encore davantage des populations déjà fragilisées et parfois proches de la misère dans des pays pauvres. Or, clairement, s'il y a bien une action de la politique suisse qui vise à favoriser le maintien des populations là où elles se trouvent déjà, c'est bien l'aide au développement : si la Suisse développe des projets dans les pays du Sud, qui permettent d'offrir travail, éducation, accès aux soins, les populations locales concernées sont automatiquement moins attirées par les lumières et le mirage de la migration vers les pays du Nord.

A l'inverse, des coupes dans l'aide au développement entraînent de facto la suppression de tels projets, appauvrissant encore des populations déjà aux limites de l'extrême-pauvreté et rendant notre pays encore plus attractif pour des personnes qui n'auront plus rien à perdre.

 

L'UDC veut importer davantage de main d'œuvre étrangère en coupant dans la formation.

Alors que l'UDC essaie de faire croire qu'elle se préoccupe de la "préférence nationale" et de la nécessité de favoriser l'emploi pour les Suissesses et les Suisses, l'UDC propose ici dans le domaine de la formation. La conséquence d'une telle proposition est immédiate : les Suisses seront, à terme, moins bien formés, moins compétents et inévitablement moins compétitifs sur le marché du travail, en particulier pour les professions qualifiées, celles qui offrent des salaires attractifs. Résultat des courses : la nécessité de recourir à des étrangers qualifiés sera encore plus forte et la main d'œuvre suisse devra se contenter de postes dans des emplois non qualifiés et évidemment mal rémunérés.

 

L'UDC veut ramener les femmes suisses au foyer pour pouvoir engager de la main d'œuvre étrangère.

En coupant dans les aides aux crèches, l'UDC prouve qu'elle veut clairement renvoyer les femmes des classes moyennes et défavorisées à la maison, pour s'occuper des enfants. Comme les femmes occupent aujourd'hui de nombreux emplois dans les entreprises suisses, en particulier dans des postes à faible qualification, il est clair qu'il faudra remplacer les femmes qui devront renoncer à leur emploi pour palier à l'absence de places de crèches par des travailleurs supplémentaires, travailleurs disponibles qui n'existent pas aujourd'hui en Suisse et donc importer davantage de main d'œuvre étrangère.

Notons toutefois que l'UDC financée par le milliardaire Blocher est ensuite honnête quant aux conséquences de ces coupes dans la formation, l'aide au développement et les prestations sociales : il faudra préserver – et sans doute développer - le financement de l'agriculture et de l'armée.

 

L'UDC veut que les Suisses du futur deviennent paysans et soldats.

En effet, si les Suisses sont moins formés, moins qualifiés, seuls deux secteurs d'activité leur seront encore accessibles car les exigences professionnelles y sont modestes : l'agriculture (qui manque toujours de bras noueux) et l'armée (qui manque toujours de chair à canon). Quant aux femmes suisses, pas de souci, elles seront à la  cuisine... L'UDC est donc cohérente en proposant de ne pas faire d'économies dans ces deux seuls secteurs : il faudra mêmes des moyens supplémentaires pour offrir des débouchés professionnels à tous les Suisses qui n'auront plus que ces possibilités pour trouver un emploi dans notre pays.

Les Suissesses et les Suisses feraient bien de se réveiller car il est clair que les propositions délirantes de l'UDC en matière de finances publiques fédérales nous ramèneront, surtout en cas d'acceptation de la RIE 3 qui va encore réduire les recettes fiscales de la Suisse, aux temps de la Suisse mythique de Ferdinand Hodler…

Les électrices et électeurs qui n'aiment pas les étrangers ou les réfugiés feraient aussi bien de se rendre compte que l'UDC les attire avec des affiches-choc qui dénoncent "l'invasion étrangère" mais qu'en réalité, avec ses propositions, l'UDC punit les Suissesses et les Suisses qui lui font confiance et favorise à la fois la venue de réfugiés en Suisse, l'importation croissante de main d'œuvre étrangère et le chômage des Suissesses et des Suisses.

Alors, après avoir pris connaissance des conséquences réelles du programme suicidaire de l'UDC en matière de finances publiques fédérales, pour éviter que vos enfants ne se retrouvent définitivement au chômage (qui sera aussi supprimé) ou ne peuvent que devenir garçons de ferme, bonnes à tout faire ou troufions, votez d'abord NON à la réforme de l'imposition des entreprises RIE 3 qui va appauvrir la Suisse et inciter ensuite l'UDC à vouloir fermer définitivement toutes les écoles et toutes les crèches du pays au prétexte qu'il n'y aura plus d'argent et que l'Etat dépense trop !

UDC, Blocher, Hodler, économie suisse, finances publiques, armée, agriculture, formation, paysan

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.