16/12/2016

#PLRLaPremière : service public ou propagande inique ?

Ce mercredi matin 14 décembre 2016, de 7h à 8h, dans le "Journal du matin", nous avons eu l'occasion d'écouter une séance radiophonique encore plus caricaturale que d'habitude sur la radio RTS La Première, que j'appelle, par dépit et malheureusement, #PLRLaPremière car elle donne la parole aux représentants du PLR de façon totalement disproportionnée et contraire à l'art. 4, al. 4 de la LRTV qui spécifie dans sa première phrase que "Les programmes des concessionnaires doivent refléter équitablement, dans l'ensemble de leurs émissions rédactionnelles, la diversité des événements et des opinions".

Mais cette pratique n'est de loin pas nouvelle, j'ai ainsi eu l'occasion de m'en plaindre en 2014 auprès de la médiatrice à propos du budget cantonal genevois 2015… et j'aurais pu – dû – en faire de même en 2015 avec le projet de budget 2016… Et je suis même prêt à parier qu'il en sera encore de même ce samedi 17 décembre 2016 à propos du projet de budget 2017…


Ce mercredi matin 14 décembre 2016, de 7h à 8h, #PLRLaPremière nous a ainsi gratifié des interviews suivantes :

  • 7h, vote du budget de la ville de La Chaux-de-Fonds : interview d'un élu PLR uniquement;
  • 7h35, Mme Karin Keller-Sutter, Conseillère aux Etats PLR invitée jusqu'à 8h pour faire de la propagande pour la RIE III et ensuite défendre la position - minoritaire - du PLR en matière d'adaptation des rentes AVS aux Chambres fédérales;
  • 8h, fiscalité des ventes de biens immobiliers agricoles et sylvicoles : interviews de 2 PLR (sic !), un Conseiller aux Etats PLR vaudois et un Conseiller d'Etat PLR vaudois et – sans doute au nom de la "diversité" – une petite interview d'un député vaudois... UDC.

Mais ces pratiques non conformes à la LRTV – rappelons également que la lettre a de l’al. 4 de l’art. 24 de la LRTV « Mandat » spécifie que « La SSR contribue à la libre formation de l'opinion en présentant une information complète, diversifiée et fidèle, en particulier sur les réalités politiques, économiques et sociales» - sont également de mises année après année à l'issue des débats budgétaires genevois.

En décembre 2014, j'interpellais ainsi la médiatrice car le 20 décembre 2014, lors de l’émission Forum, aux alentours de 18h15, un débat avait été organisé au lendemain du vote du budget cantonal genevois par le Grand Conseil pour évoquer cette décision.

Or, de façon totalement incompréhensible, le débat en question s’était tenu uniquement en présence d’un député PDC et d’un député PLR ! Alors même que ces partis ne représentent, cumulés, que le tiers du Parlement cantonal genevois et ne représentaient pas, à eux deux, l’ensemble des positions adoptées lors du débat budgétaire puisque si le PDC s’était - seul - abstenu et le PLR avait soutenu ce budget, l’ensemble des partis de gauche, Ensemble à Gauche, Verts et Socialistes, l’avait refusé.

Pour moi, à la lecture des art. 4 et 24 de la LRTV, il était incompréhensible d'avoir, au lendemain du vote du budget – ce qui signifie qu’on parlait bien d’un événement « à chaud » et qu’il ne s’agissait pas d’une analyse postérieure déconnectée de l’événement – un tel débat sans inviter au moins un représentant des partis qui se sont opposés à ce budget.

Bis repetita en 2015. Je m'en étais d'ailleurs moqué par avance sur Facebook en donnant mon numéro au cas où les journalistes avaient perdu les numéros de téléphone de l'ensemble des députés de gauche... car, comme rapporteur de la majorité du Grand Conseil opposé à l'entrée en matière sur le projet de budget 2016, il me semblait qu'une application sérieuse et non partisane de la LRTV par #PLRLaPremière pouvait – devait - les conduire à inviter un représentant de ladite majorité en cas de débat… Mais non ! Au lendemain du refus d'entrée en matière sur le projet de budget 2016, #PLRLaPremière organisait samedi 19 décembre, une nouvelle fois un "débat"… entre un député PLR, rapporteur de minorité et un député MCG…

Cette situation lamentable s'apparente véritablement à une opération de propagande permanente. Elle est clairement non conforme aux art. 4 et 24 de la LRTV.

Je ne sais pas s'il est possible de changer véritablement cet état de fait, pas glorieux pour l'image des journalistes de "service public" de #PLRLaPremière. Mais, pour que cela change, il faut au minimum protester auprès de la médiatrice de la RTS, ce que nombre d'auditeurs mécontents ne font certainement pas, ne serait-ce que parce que tout démarche génère son lot de paperasse et donc de potentielle perte totale de temps.

De mon côté, je l'avais donc fait en 2014 à propos du débat relatif au projet de budget 2015, j'ai renoncé, par dépit, à le faire l'an dernier, mais je viens à nouveau de saisir la médiatrice au sujet de l'heure PLR de mercredi dernier 14 décembre 2016. On verra quel sera le résultat.

En tout cas, si, comme moi, vous en avez marre de l'image déplorable du service public que donne #PLRLaPremière avec ses émissions "d'informations" (doit-on plutôt parler de propagande ?) qui ne respecte pas la LRTV, je vous conseille de saisir à chaque fois la médiatrice de la RTS car un des arguments avancés pour rejeter ensuite les plaintes consiste à dire qu'il n'y a eu qu'un seul auditeur mécontent...

Pour contacter la médiatrice de la RTS : https://rtsr.ch/institution/organe-de-mediation/ et cliquer sur le bouton "Contacter la médiatrice"

09:21 Publié dans Général, Genève, Médias, médias, Politique, Suisse | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook

Commentaires

Je pense qu'il faudrait exiger la création d'un observatoire indépendant qui veille à faire respecter un véritable pluralisme de l'information non seulement respectant l'éventail des partis politiques, mais garantissant la présence également d'informations marginalisées par les médias dominants.

Écrit par : Marco Polli | 16/12/2016

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.