29/12/2007

Bonnets d'ânes, têtes de Turc, cactus et lauriers : l'inventaire – subjectif – 2007 – partie 1…

CFF : bonnet d'âne !
Comme je suis dans le train de 19h14 pour Neuchâtel, commençons par les CFF… Comment est-ce possible d'avoir des wagons aussi mal foutus que celui dans lequel je me trouve !? Et je suis sans poussette, avec une grosse valise : pas de place suffisante, je trouve une place à l'extrémité du wagon pour utiliser la prise électrique et recharger mon ordinateur portable : la prise est là, elle fonctionne… Mais pas de petite table pour déposer l'ordinateur ! Qui est l'imbécile qui a inventé ces wagons et qui sont les andouilles qui ont choisi de les acheter ? Question subsidiaire : combien de membres du Conseil d'administration des CFF se déplacent quotidiennement en train ?
TPG / Unireso : bonnet d'âne !
Continuons sur la lancée ! Dans le nouvel horaire, aucune amélioration sur la ligne D qui transporte les sardines de Saint-Julien à Cornavin et retour : pas un bus de plus par rapport à l'horaire précédent, malgré les promesses, malgré les annonces ! Et comme les sardines du D ne sont pas seules, ajoutons-y aussi les trams bondés, le 12 p.ex. en fin de journée, vieux tram "court" qui décide subitement de terminer sa course aux Augustins plutôt que de continuer comme indiqué jusqu'au Bachet ! Merveilleux d'avoir un nouveau tram jusqu'aux Avanchets, encore faudrait-il faire preuve là aussi d'un peu plus de respect et de sens de la communication envers les clients usagers : est-il possible d'informer les clients ? En annonçant, en expliquant le pourquoi et le comment des retards, des problèmes, des améliorations prévues ? Et en utilisant les écrans plats des trams pour nous informer réellement (et dans plusieurs langues, svp !), au lieu de nous passer en boucle les 4 mêmes publicités qui se courent après pour nous faire acheter un nouveau slip et un téléphone ! Vous avez déjà vu des sardines en slip au téléphone ?
Toujours sur le bus D, puisque je l'utilise : pourquoi n'est-il pas correctement synchronisé avec les trains en provenance de Lausanne ? Comment est-ce possible d'avoir un départ de Cornavin à 23h01 alors qu'un train arrive de Lausanne à 23h04… et que le prochain bus D est à 23h51 ? Alors que je remplaçais Elisabeth Chatelain, ma brillante et bien-aimée collègue députée socialiste de Plan-les-Ouates, à la commission des Transports, j'ai eu l'occasion de me pencher un peu plus en détail sur le contrat de prestation de Unireso. On y parle des indicateurs permettant de vérifier que les objectifs du contrat de prestation sont atteints ou non : un indicateur est la bonne coordination des horaires entre les différents prestataires de service… j'ai appris que la vérification se faisait sur papier, pas sur le terrain… Mais même là il y a des lacunes ! Question subsidiaire (bis repetita) : combien d'administrateurs TPG utilisent les transports publics au quotidien pour leurs déplacements ?
Police genevoise : bonnet d'âne !
Rien de nouveau sous le brouillard, mais la police genevoise et notamment ses représentants syndicaux restent toujours aussi affligeants. Dernier exemple en date dans le 20 minutes de ce jour (qui évoque un article du Temps de hier) : les représentants syndicaux  s'opposent manifestement à l'installation de radars supplémentaires "parce que cela dégraderait l'image de la police". Quand on pense au nombre de morts sur les routes genevoises ! Au nombre d'accidents ! Aux violations permanentes des règles les plus élémentaires de la circulation routière ! Moi, ce qui dégrade beaucoup ma perception de la police genevoise, c'est l'impression d'avoir une police qui ne fait pas son travail quand elle n'a pas envie de le faire, qui agit à la tête du client pour ne pas dire au délit de sale gueule (basanée en général), qui abuse de sa force en niant les faits et en bénéficiant d'une attitude ma foi étonnamment fort tolérante de la part de la justice et en particulier du Procureur Général. J'attends de ma police qu'elle soit juste, sévère, intraitable et transparente afin que toutes les lois soient respectées. Dans tous les domaines.
Laurent Moutinot : laurier (rose)…
On dira que c'est parce qu'il est de mon parti. A défaut de multiplier les effets d'annonce auprès de journalistes complaisants (avec lui c'est plutôt le contraire), à défaut d'actions aussi spectaculaires qu'éphémères, son travail notamment pour essayer de nettoyer le panier de crabes de la police genevoise est salutaire ! On aimerait plus de résultat, plus rapidement mais on sait bien que rien n'est simple… J'ai aussi apprécié un discours que  j'ai lu dans la FAO, à l'occasion je crois de la prestation de serment de nouveaux policiers (on y revient) : il revenait sur l'attitude des médias dans l'affaire de l'expulsion des roms qui dormaient sous les ponts… Et son récent discours à Bellevue, à l'occasion de la fête organisée pour son accession à la Présidence du Conseil d'Etat… Quelques vérités de gauche toujours bonnes à rappeler à des éluEs de droite d'une commune de privilégiés… et de l'émotion. Merci Laurent !
Ismael Türker : laurier !
Avec son style si particulier, ce mélange d'Orient et de calvinisme plus ou moins digéré, sa franchise subtile, il a fait un travail remarquable pour permettre à notre République de mener – enfin - à bien sa réflexion en matière de politique d'intégration : faire, à la demande de Laurent Moutinot, un inventaire de ce qui existe à Genève dans le domaine ! Cela n'avait jamais été fait de façon systématique alors même que la loi sur l'intégration prévoit une évaluation des résultats (ce que relève très justement Sandro Cattacin dans son rapport) ! Et même si Genève fait évidemment un travail remarquable en la matière, ne serait-ce qu'en raison du nombre important d'associations qui travaillent sur le terrain, un inventaire est un instrument indispensable à la poursuite d'une politique cohérente, globale, "sans trous". Nous avons eu l'occasion de l'auditionner récemment à la Commission des Droits de l'Homme du Grand Conseil à ce sujet : c'était certainement trop court compte tenu du travail accompli et surtout de son pragmatisme – qui manque parfois à des Députés.
TC : bonnet d'âne !
Vous aimez les TPG ? Vous adorerez les TC, les Transports publics de La Chaux-de-Fonds ! Ils doivent avoir le même logiciel fou – ou un "démissionné" des TPG transféré aux TC ? – en fonction depuis plusieurs années ! Rien de nouveau donc – cette fois sous les étoiles – mais c'est du même acabit – en pire en fait car il y a nettement moins de lignes – que les TPG : les trains arrivent de Neuchâtel à 59 ? Et bien les bus partiront de l'arrêt de la gare à 00 ! Ce qui permet d'assister à une migration de lemmings humains fous entre la gare et l'arrêt, afin d'attraper le bus et de ne pas attendre 20 minutes le prochain dans le froid polaire ! Donc 3 bus par heure en soirée, tous partant à 00, 20 et 40, mais voilà, c'est 00, même si le train de Neuchâtel arrive à 59 ! Décaler l'horaire à 05, 25 et 45, c'est incompatible avec les pendules neuchâteloises ? Ou bien c'est un coup monté par les CFF et les TC pour nous obliger à aller au MacDo ? Question subsidiaire : combien de membres du Conseil d'administration des TC utilisent le train et le bus pour rentrer chez eux ?
Les rombières en fourrure : bonnet d'âne !
J'en croise une à l'instant. Comment peut-on être aussi stupide et porter des manteaux qui sont en fourrure d'animaux sauvages ou élevés dans ce but ? Qu'on porte des manteaux en peaux de vaches, lapins, moutons, chèvres ou cheval, tout animal qui – malheureusement – termine souvent sa vie sous forme de viande ! La bêtise humaine est parfois sans limite !
Moritz Leuenberger : laurier (rose)
Mal aimé des médias romands, j'ai eu l'occasion de l'écouter récemment à l'occasion de l'inauguration du tram 16 : ses discours sont toujours un vrai plaisir, ses réflexions – même quand elles dérangent quand l'hypothèse d'une nouvelle centrale nucléaire en Suisse est évoquée – sont souvent extrêmement fines et susceptibles de faire réellement avancer notre pays dominé par une majorité économique et politique égoïste et conservateur.
Les automobilistes en gros 4x4 : bonnet d'âne !
Comment peut-on être aussi égoïstes ? Comment peut-on utiliser une tonne et demi de ferraille pour aller faire son shopping, amener ses enfants à l'école ou aller au travail ? Et consommer plus de 10 litres d'essence aux 100km pour une frime digne de d'ados beaufs et mal dégrossis ?! Quand toute la planète parle de réchauffement climatique ? Quand l'espace est rare et qu'on se déplace souvent seul ?
Les utilisateurs des TPG : laurier !
Grâce à eux, aux piétons et aux cyclistes, Genève n'est pas encore complètement morte étouffée ! Bravo et merci ! Vous êtes stoïques, vous êtes modèles, vous êtes modernes. On ne vous respecte pas beaucoup, on vous considère souvent comme quantité négligeable – ou alors dans la bouche des députés de droite au Grand Conseil comme un coût important en terme de subvention, mais vous êtes l'avenir ! Et je vous aime !


La SSR (TSR+RSR 1) : bonnet d'âne !
Comment peut-on être aussi terrible en matière "d'information" ? Je ne connais pas très bien la TSR car je n'ai toujours pas de TV mais en faisant de l'ordre aujourd'hui au travail, je tombe sur le petit article de la Tribune évoquant la manipulation des questions lors de l'émission phare des élections fédérales… histoire d'avoir en dernière question, démagogie populiste et clientélisme UDC obligent, la question des minarets… C'est en dessous de tout !
RSR, La Première est du même acabit, avec des informations souvent orientées, parfois dogmatiques ou caricaturales, des invités toujours aussi réacs et conservateurs, une même course à l'audimat qui se complait dans la fange UDC. Le lundi après l'éviction de Blocher du Conseil Fédéral, quel thème pour radio public à 7h45 ? "L'UDC a-t-elle raison de vouloir lancer une initiative demandant l'élection du Conseil Fédéral par le peuple ?" Ce qui a d'étonnant, c'est que quand il s'agit de projets d'initiative venant d'autres milieux, défendant d'autres valeurs, je n'ai encore jamais entendu La Première en faire un thème de radio public avant que l'initiative ne soit lancée ou même aboutie !
Pro Vélo Genève : laurier !
Là aussi, on dira que c'est parce que je suis au comité, que je suis complaisant… Raté ! En fait, tout en étant membre du comité, je suis moins actif qu'avant en raison de mes contraintes familiales et des autres activités politiques. Je mesure donc surtout la qualité et la quantité du travail fourni par une association aux moyens limités ! C'est l'étude de dossiers complexes dans des conditions de temps et de moyens basées essentiellement sur le bénévolat – et pas de lobying professionnel payé par des groupes d'intérêt économiques, c'est des actions de terrain, été comme hiver, des actions-lumières pour équiper les cyclistes d'éclairage (l'obligation devrait être aussi respectée et la police devrait aussi agir… Mais en concertation avec les associations concernées, svp, Pro Velo, ATE et TCS notamment !), c'est des séances de comité pour régler, préparer, organiser les manifestations publiques, la journée du vélo du mois de juin, les bourses aux vélos, les vélos-tours, etc. ! Chapeau !
La Crèche de la Nichée : laurier !
Même si j'attends encore des progrès en matière de choix des aliments (boycott de Nestlé, bio ou proximité de qualité), même si je trouve parfois les jolies décorations de l'ascenseur pas assez écolos (pas de poubelle de compost à la cuisine !?) ou trop sexistes (l'histoire ou le papa lit le journal dans le fauteuil pendant que la maman donne le bain et couche son enfant !?), cette crèche, son équipe, et toute la dynamique qui l'entoure, font d'un tel endroit un véritable plaisir, tant pour les parents (ou en tout cas la grande majorité d'entre eux je pense…) que pour les enfants ! Bravo et merci notamment à toute l'équipe que je vois plus régulièrement en étant avec ma fille : merci Jacqueline, merci Sabine, merci Ania et merci à toutes les autres dont le prénom m'échappe à l'instant !
Les mill'otiens : laurier !
Merci à tous les mill'otiens qui ont permis de faire vivre cette première année dans l'immeuble Mill'o de la Codha à Plan-les-Ouates de façon conviviale, collective, sans complication et avec toutes les richesses des unes et des autres ! Merci en particulier à Christine, Nadia, David, Charmaine, Pierre, Caroline, Sébastien, Véronique, Olivier, Guy et à tous les enfants !

Merci aussi à tous ceux qui nous ont permis de faire une si belle fête le 6 octobre dernier !

00:41 Publié dans Général | Lien permanent | Commentaires (5) | |  Facebook

19/12/2007

Grand-Théâtre : quelle flûte !

Mardi soir, pas de séance, mais un spectacle au Grand-Théâtre. Ouf ! ça change ! La Flûte Enchantée. Suspens évidemment car de telles œuvres, si connues, sont loin de laisser les spectateurs plus ou moins mélomanes indifférents… D'abord, il faut le dire, j'aime l'opéra et j'aime le Grand-Théâtre. J'y vais depuis que je suis arrivé à Genève, en 1982. Des places de Générale, des places par l'Uni, une longue période de réservation des premières places dès l'aube, des places – excellentes - d'apparatchik comme Conseiller municipal de la Ville de Genève (d'ailleurs c'était de très bonnes places, encore merci), puis des abonnements, plus "prolétaires" (tout est relatif), à l'Amphithéâtre, tout en haut... Mais - presque - toujours autant de plaisir ! Et après une fin de semaine politique assez pénible (un budget cantonal que je n'ai pas voté, notamment en raison de l'effort insuffisant en faveur de l'initiative EMS, des transferts de charge vers les communes qui vont à l'envers du bon sens, et surtout des économies de 25 millions qui devront être trouvées par le Conseil d'Etat et présentées à la Commission des Finances pour acceptation, sans aucun contrôle de l'ensemble du Grand Conseil; je doute même de la légalité du procédé ! Et des résultats de votations conformes à ce qu'on pouvait prévoir mais loin de me satisfaire : même si le refus des initiatives fiscales est une aberration qui risquent de coûter cher aux contribuables modestes, surtout quand des projets aussi stupides que l'exonération systématique de l'impôt sur le capital des entreprises est accepté…quelques millions de recettes fiscales encore en moins pour faire des cadeaux à des entreprises parfois très riches et qui n'en ont pas besoin… j'ai vu que M. Etienne de la TdG avait soutenu ce projet dans son édito, à mon avis il n'avait pas lu la loi et les rapports sur ce projet farce… Le souci pour moi est surtout dans l'acceptation de la Loi sur le Chômage car si plusieurs idées sont bonnes, une bonne partie d'entre elles ne nécessitaient pas de nouvelle loi et d'autres, notamment celles qui concernent les fameux emplois dans l'économie sociale et solidaire, ESS, sont loin d'avoir été suffisamment éclaircies par M. Longchamp pour dissiper mes craintes quant à la création officielle d'un sous-prolétariat permanent, payé à long terme en deçà des barèmes des conventions collectives… bref, du souci, mais on verra bien…) Mais revenons à la musique et au spectacle ! Justement, en plus du spectacle sur la scène, il y a ce côté Bal des Rombières qui me fait toujours autant sourire… Je me demande combien de millions de francs sont réunis chaque soir en abominables manteaux de fourrure, en parures d'or et de pierres précieuses - presque – toutes plus écoeurantes de lourdeur les unes que les autres, en centaines de litres de parfums déversés sur des épidermes parfois bien fanés malgré des liftings aux résultats assez hasardeux. C'est Genève. Ce côté fric et bourge qui m'hérissait quand je suis arrivé de La Chaux-de-Fonds à 18 ans. Le spectacle de Noël, c'est en général le susucre, le cadeau facile, l'opéra que tout le monde fredonne ou connaît par ses airs célèbres… Et si possible avec une mise en scène haute en couleur, si possible drôle. Année après année, le résultat n'est pas trop mauvais, il y avait eu un abominable opéra français intitulé "Le Postillon de Lonjumeau" lors du règne – pourtant fort agréable – de Renée Auphan, mais à part ça, rien à dire, en général c'est le bonheur car je suis bon public, surtout en cette période de l'année (Mais bon, le Postillon de Lonjumeau, c'était au dessus de mes forces, il faut quand même dire que les Français, à part Bizet et sa Carmen, sont fort mauvais en opéra, si, si, j'assume!). Alors, une Flûte Enchantée ? C'est un opéra magnifique, avec des airs magnifiques, des personnages sublimes. Une poésie et un décalage rares. Uniques sûrement. Et Omar Porras à la mise en scène… un véritable talent au théâtre… Les attentes sont nombreuses… Et le résultat est à la hauteur, miracle ! Des chanteurs qui tiennent bien leurs rôles (peut-être des hésitations chez Sarastro au début) même s'il manque peut-être le génie qui vous fait avoir des frissons d'extase (Callas sur CD, Teresa Berganza, Gwyneth Jones et encore une autre cantatrice dont j'ai oublié le nom il y a peu au Grand Théâtre pour moi), une mise en scène et des décors vraiment réussis, drôles et touchants. Bon, avec les surtitres, le côté pompeux du temple, la misogynie des discours des prêtres et de Sarastro sont un peu fatigants… Mais on peut avancer le cœur léger ! Quel bonheur ! Si vous en avez l'occasion, n'hésitez pas !

Merci au Grand-Théâtre, merci à la famille Porras, merci Monsieur Mozart !

 

Sur la Flûte Enchantée : http://fr.wikipedia.org/wiki/La_Fl%C3%BBte_enchant%C3%A9e

 

Sur le budget, les résultats des votations, www.ge.ch

 

23:00 Publié dans Général | Lien permanent | Commentaires (3) | |  Facebook

14/12/2007

Vote du budget au Grand Conseil : invitation

Depuis 8h ce vendredi matin, le Grand Conseil discute et essaye de voter le budget 2008 de la République et Canton de Genève... Pas simple, le débat est souvent compliqué par les surenchères politiques, coupes linéaires par-ci, coupes rases par-là... et amendements au goût de pilule amère - au moins pour les socialistes - déposés par le Conseil d'Etat qui - et c'est normal car il fait son travail - essaye de trouver un compromis susceptible de sauver les grands axes de son budget.

A 14h40, rien n'est encore sûr... Difficile de savoir si un compromis sera finalement trouvé. Et si les concessions demandées seront acceptables pour le Parti Socialiste. Car il semble pour le moins difficile d'accepter des coupes qui toucheraient encore des prestations sociales, que ce soit dans le domaine de la santé, des EMS, de la petite enfance ou de l'école...

Mais si vous avez envie de voir à quoi un débat budgétaire peut ressembler "live", n'hésitez pas à venir faire un tour à l'Hôtel-de-Ville : il y a la tribune qui permet de suivre les débats et - sauf si vous faites partie des vieux grigous réacs qui squattent régulièrement les commentaires de ce blog - je vous offre volontiers un verre de jus de pomme à la buvette (il faudra juste me laisser le temps d'aller voter !). Vous n'avez qu'à me faire demander, les escaliers pour la tribune du public passent devant la porte de la buvette : il suffit d'entrer !

 

14:33 Publié dans Général | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook

12/12/2007

PLO, en route pour la crèche...

Désolé Sabine, désolé Jacqueline, on sera encore plus en retard car ma fille Anja trouve son parapluie si beau qu'elle veut absolument l'utiliser...

10:20 Publié dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

10/12/2007

Lundi 10/12, 18h50. J'attends le bus D.

Lundi 10/12, 18h50. J'attends le bus D. Plus de 10 minutes de retard. Arrêt Jonction. Pluie. Bruit. Trop de bagnoles. Infernal ! Ma fille sur les épaules. Après 20 minutes, ça commence à être lourd... Quelle cata ces TPG ! Et la nouvelle mouture des horaires du D me semble lamentable ! D comme désespoir!

19:00 Publié dans Général | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Facebook

01/12/2007

Les Chevaliers Mill'o en route pour la J

oute de la marmite... Un méchant conducteur laisse 2 Chevaliers à quai pendant qu'ils prennent leur billet. Ils avaient prévenu le conducteur. Minable!

18:12 Publié dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Course de l'Escalade:Château Mill'o, les

Chevaliers écolos de la Codha à Plan-les-Ouates se préparent pour la Joute de la Marmite..

10:00 Publié dans Général | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook

22/11/2007

Bécasse !

Lundi 19 novembre 2007, Plan-les-Ouates. Avenue du Millénaire. Mill'o. Un lundi de début d'hiver. Il ne pleut pas. 21h. Anja et Yann se sont endormis. Je descends à la cave pour aller chercher deux paquets de couches pour ma fille. Il n'y en a plus à la crèche, c'est l'urgence ! Et deux litres de lait de céréales. En remontant, je ressors de la partie centrale de l'immeuble où se trouve la cave. Je referme la porte. Tiens ! Bizarre ! A ma gauche, je vois Bolingo, le chat de ma voisine Christine qui fait le fou. Il saute, tourne sur lui-même, bondit à nouveau, un vrai chat foufou ! Il est au dessus de la grille métallique qui protège la trappe de la cheminée – à pellets, c'est un immeuble Minergie ! – et tourne là-dessus comme un fou. Etrange. Réflexe biologique – l'homme est un prédateur – ou curiosité de curieux/ornithologue amateur, je fais un pas vers la gauche. Mais qu'est-ce que Bolingo fait là-dessus ? Drôle d'endroit pour jouer quand même ! Mais… mais… Ha oui ! Il y a du bruit ! Bolingo saute, mais il y a aussi un autre bruit…. J'écoute encore. Oui, pas de doute, il y a quelque chose qui bouge là en bas, au fond de la trappe se trouvant sous la grille. Comme des pas. Petits. Lents.
Mais il fait nuit. Ce n'est pas la lumière extérieure qui m'aide. Et Bolingo fait toujours le fou sur cette grille. Et j'entends toujours le bruit. Un rat ? Pour aller se coincer là-dessous – et comment ? mystère ! – ça doit être un rat. Une souris je ne l'entendrais pas. Mais même un rat a le droit de vivre. Ou en tout cas de ne pas crever comme ça, enfermé au fond d'un trou avec un chat qui tourne au dessus de sa tête. Que faire ? La trappe fait au moins 1m20 de profondeur. Comment attraper un animal sauvage qui se trouve là en bas… Bon, je n'en sais rien. Mais vérifions de quoi il s'agit vraiment… Si c'est un pigeon, c'est moins difficile à capturer et libérer qu'un rat… Je monte les escaliers, je prends mon natel, la seule lampe de poche qu'on ne perd pas et qui a des piles en état de fonctionnement et je redescends. J'allume. A travers la grille, à ma hauteur, rien d'identifiable. Mais il y a bien quelque chose. Bolingo est toujours là. Il tourne sur la grille autour de la cheminée en suivant les mouvements de ce qui bouge là en dessous. ça doit être un rat… Je me baisse et j'approche la lampe de poche de la grille. Tiens… non… oui…. hmmm… Un pigeon ? On dirait plutôt un pigeon qu'un rat… J'approche encore ma lampe de poche de la grille. Je suis à genoux. Mais… Mais… Non, attends… Ce n'est pas possible ! Ce n'est pas un pigeon ! Ni un rat ! C'est un oiseau EXTRAORDINAIRE : c'est une bécassine ! On dirait une bécassine des marais ! Là en bas, 1m20 sous la grille, une bécassine des marais. Enfermée ! Coincée ! Avec Bolingo qui tourne au dessus de sa tête ! Mais COMMENT est-elle arrivée là ? Je n'y crois pas !!! Une bécassine des marais, un oiseau migrateur quand même assez rare ! J'essaye de me souvenir de mes guides et de mes observations récentes mais je pense vraiment que c'est la bécassine des marais. Pas la sourde. Pas la double. Il faut que je montre ça à tout le monde ! Vite ! Hé, Bolingo ! Arrête de vouloir te faufiler pour entrer dans la trappe ! Chhttttttt ! Je monte les escaliers, Nathalie ! Viens voir ! Un truc absolument extraordinaire ! Hé, vite ! Encore mes voisins ! Les autres habitants de l'immeuble. Je frappe à la porte ou à la fenêtre de la cuisine. Si tu veux voir un truc incroyable, viens ! Viens voir ce qu'il y a là en bas vers le local vélo ! Nathalie, David, Sébastien, Stéphane descendent et viennent voir. C'est quoi cet oiseau ? Une bécassine des marais ! Comment est-elle arrivée là ? Mystère ! Bon, il va quand même falloir la sortir de là ! D'abord, rentrer les chats. On attrape Bolingo et on le remet chez Christine. Nathalie vérifie que Mioumiou est bien chez elle. La voie est libre ! Stéphane enlève la grille. Nous sommes là les quatre, David, Stéphane, Sébastien et moi. Que faire ? Il y a environ 30 cm de chaque côté de la cheminée jusqu'au mur. Je vais descendre ! Mais non, c'est trop étroit, tu n'arriveras pas à remonter ! David prend un balai pour essayer de la "pousser" à un étroit particulier. Sans succès ! Elle essaye de s'envoler mais retombe, frappant les murs de ses ailes ! Flûte ! Pourvu qu'elle ne se blesse pas ! Un oiseau si précieux ! Il faut faire autrement ! Stéphane se met à plat ventre. Tend les bras vers le bas. David pousse la bécassine vers la droite avec son balai ! Hop ! Il l'a attrapée ! On y est ! Stéphane se lève ! La bécassine est dans sa main. Vivante. Comme étonnée. Vite, je vais chercher mon appareil photo ! C'est trop incroyable ! David prend la bécassine dans sa main. Photos. Oui, une bécassine des marais ! Un oiseau migrateur, assez rare, j'en ai vu en Laponie en juin. Et au Fanel le mois dernier. On devrait allait le poser dans le jardin pour vérifier s'il peut s'envoler… Encore Pierre et Charmaine qui arrivent. Mioumiou est bien enfermée. On retourne à la lumière pour leur montrer la bécassine. Et retour dans le jardin. On la pose… Oui, oui… Pas de problème ! Elle s'envole ! Lentement ! En direction du Salève. Bye bye bécassine ! Tu es libre !!!!!!!
Super… Trop top ! Nous pouvons rentrer à la maison ! Bonne nuit les gars !
Mais c'est trop exceptionnel ! Vite ! Transfert des photos sur le PC… et mon guide ? Les bécassines ce n'est pas si simple, ça mérite une vérification dans mon guide…. j'ai dit "des marais", mais vérifions quand même… Voyons, voyons… Mais… mais… MAIS… Mais non ! Ce n'est pas une bécassine des marais ! C'est une bécasse des bois ! UNE BECASSE DES BOIS ! Sur la tête, pas de lignes parallèles à la tête, mais bien des barres perpendiculaires ! Et c'est donc une coche ! Un oiseau que je n'avais encore jamais vu ! Incroyable ! Et comment s'est-elle faufilée là-dedans ? Et est-elle sédentaire ici à Genève ? Je n'en sais rien !!! Je ne sais rien de cet oiseau ! Heureusement que j'ai fait des photos mais c'est quand même vraiment incroyable !
Photos sur www.amillo.ch
PS : Je ne peux m'empêcher de penser à l'article récent – samedi dernier ? - de la Tribune relatant les choix gastronomiques de Philippe Chevrier en matière d'oiseaux sauvages. Je suis un gourmet gourmand, sans trop d'état d'âme –je ne suis pas végétarien et je suis facilement capable d'apprécier un bon morceau de viande (un onglet de la boucherie de Plainpalais, un gigot d'agneau, un magret de canard…) ou même – exceptionnellement - de foie gras (je n'en suis d'ailleurs pas très fier mais j'assume) et Philippe Chevrier est un grand cuisinier mais – je lui avais d'ailleurs fait la remarque il y a quelques années quand j'étais allé chez lui – je trouve vraiment navrant de faire l'apologie des qualités gastronomiques et gustatives d'oiseaux sauvages qui sont en voie de disparition. Et la Tribune se fait complice en publiant un pareil article. Ce n'est pas glorieux !

La bécasse des bois dans la trappe...

La bécasse des bois dans les mains de David

03:01 Publié dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

15/11/2007

Et voilà ! Ma camarade Loly Bolay, nouvelle présidente du Grand-Conseil !

Bravo Loly !

Et un score d'enfer ! 68 voix sur 68 bulletins ! Super !

Mais à 20h30, fini de rigoler... Les cadeaux fiscaux pour les riches sont de nouveau à l'ordre du jour... cf. mon blog précédent !

18:29 Publié dans Général | Lien permanent | Commentaires (3) | |  Facebook

12/11/2007

Un samedi au soleil sur le balcon en épluchant les patates...

Samedi 3 novembre... Le temps passe... Mais c'était si bon au soleil sur le balcon en épluchant des patates et en écoutant le Barbier de Séville : quel luxe! Quel bonheur!

21:10 Publié dans Général | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Facebook

02/11/2007

Insécurité routière : peu d'espoir que ça change à Genève

 

 

Les nombreux morts sur les routes genevoises, en particulier ces derniers jours, me donnent des frissons dans le dos. Comment ne pas penser à ces vies gâchées, à ces enfants perdus à jamais, à ces parents effondrés. A toutes ces vies brisées. Père de 2 petits enfants, je ne peux m'empêcher de penser que cela pourrait aussi m'arriver un jour, bien malgré moi, bien malgré eux. Alors je pense à ces parents qui ne retrouveront plus leur enfant. C'est moche, c'est injuste. C'est vraiment terrible.

 

 

 

Certains prendront peut-être ces événements avec plus de philosophie, "la mort fait partie de la vie", mais autant cette phrase est nécessaire quand l'inévitable – la maladie grave, l'accident stupide - se produit, autant elle me semble inacceptable quand les événements ont des causes identifiées, connues et surtout évitables.

 

 

Je n'accepte pas la fatalité dans ce cas-là.

 

 

C'est peut-être parce que j'ai un caractère un peu contemplatif, j'aime regarder, essayer de comprendre ce qui se passe derrière les apparences, peut-être aussi parce que je fais du vélo en ville (presque) au quotidien depuis des années(1), je ne peux m'empêcher de penser en voyant la situation sur les routes que depuis très longtemps, au moins depuis que Ramseyer siégeait au Conseil d'Etat, aucune action digne de ce nom n'est menée à Genève pour lutter contre les dangers mortels liés à la voiture. Seul Bernard Bertossa avait, comme Procureur Général, donné un signal clair en condamnant beaucoup plus sévèrement les automobilistes ivres.

 

 

Notre société – ses dirigeants et ses autorités dont la police, sa majorité politique, ses principaux acteurs économiques – semble considérer que la mort part la voiture est une fatalité qui ne mérite pas qu'on s'y intéresse vraiment au delà de la compassion à exprimer lorsque des événements tragiques surviennent.

 

 

Lorsque je présidais l'ASPIC il y a quelques années et que je n'avais pas encore d'enfant, j'avais décidé une fois "pour voir" de faire un test en téléphonant systématiquement à la police pour dénoncer les comportements des automobilistes les plus dangereux pour les plus faibles d'entre nous (piétons, cyclistes) et demander une intervention de leur part pour faire cesser l'infraction : pendant 15 jours, c'était comme de vouloir soulever des montagnes : la police ne se sentait jamais concernée. Voitures garées sur des passages piétons ou sur des bandes cyclables, même à contresens comme vers le BFM : impossible de les faire intervenir. Rien. Signalant une voiture garée en plein milieu d'un passage piéton, j'avais même eu droit à cette réponse sidérante de l'agent : "Mais est-ce que ça vous gêne personnellement ?". Ben voyons, si c'est les autres qui sont en danger ou se font écraser, pourquoi est-ce que je m'en préoccupe… Et ce n'était pas simplement des réponses visant à expliquer qu'ils étaient surchargés, mais c'était méprisant : comment avais-je osé déranger la police pour des choses aussi futiles ?

 

 

Cette impression de je-m'en-foutisme perdure et il ne me semble pas déceler une attitude réellement plus stricte de la part de la police. La réponse du Conseil d'Etat à mon interpellation urgente écrite déposée en 2006 (http://www.ge.ch/grandconseil/data/texte/IUE00275A.pdf) n'est d'ailleurs pas de nature à me rassurer car elle transpire une autosatisfaction qui ne résiste pas à l'analyse de la situation sur le terrain : ce n'est pas parce que les infractions et les amendes sont nombreuses en chiffre absolu qu'elles représentent des pourcentages significatifs du total des infractions !

 

 

Or si la police n'est pas active à longueur d'année pour lutter contre les infractions de la circulation, rien ne va réellement et durablement s'améliorer : on dirait que nous oublions que les adultes sont des modèles pour les enfants et que toutes les théories sur la sécurité routière sont balayées en une demi-seconde quand un enfant voit ses parents commettre des infractions sous ces yeux. Le "faites ce que je dis, pas ce que je fais", c'est du pipeau ! Et c'est surtout suicidaire.

 

 

En marchant, en pédalant, en étant à une terrasse ou au bureau (j'ai une vue plongeante sur la Rue des Deux-Ponts), c'est tout simplement sidérant : de jour comme de nuit, il n'y a pas une minute sans que des infractions de circulation potentiellement dangereuses pour les autres ne soient commises : feux rouges ou stops grillés (il y a 10 jours, c'était à la bifurcation vers le Boulevard Saint-Georges : l'automobiliste était fort surpris que je l'engueule alors qu'il avait failli m'écraser en brûlant le feu rouge), double-lignes franchies impunément notamment par les scootéristes et motards et se retrouvant face aux véhicules venant dans l'autre-sens (à la Rue des Deux-Ponts par exemple : l'accident mortel arrivera, c'est certain, ce n'est qu'une question de temps : on le sait, on laisse faire, on tolère; mon interpellation écrite urgente d'il y a quelques années n'y a rien changé). C'est là à la Jonction, mais c'est partout ailleurs. Tout le temps. Que des infractions soient commises à l'occasion, c'est une chose, que cela devienne la norme, c'est bien plus grave (je ne suis pas non plus prêt d'oublier cette automobiliste qui roulait dans son petit 4x4 derrière ma voiture Mobility et qui avait crû bon de me klaxonner, de me faire les phares puis de me gratifier d'un doigt d'honneur parce que j'avais eu l'outrecuidance de ne pas accélérer alors que le feu était orange foncé…)

 

 

Tant que cet état de fait durera, la situation s'empirera. Tant que le sentiment d'impunité sera la norme, nous ne pourrons pas améliorer les choses. Tant que des Députés comme le Libéral Jean-Michel Gros croient nécessaires de défendre des demandes de grâce pour des actes graves commis avec une voiture, tant que les Députés de droite n'auront pas intégrer le fait qu'on peut être "pour" la voiture tout en étant intraitable à l'encontre des criminels au volant, nous ne nous en sortiront pas. Le vote en 2004 (http://www.ge.ch/grandconseil/data/loisvotee/MV01495.pdf) concernant une motion demandant d'appliquer un principe de "vision zéro" - pour zéro mort par an sur les routes – à Genève en est l'illustration : cette motion a été acceptée par 35 voix contre 33 (c'était un vote nominal : on peut voir qui a voté quoi : http://www.ge.ch/grandconseil/data/courriers/AN-M01495.pdf ). Mais comment peut-on être contre l'idée de zéro mort par an sur les routes !? Même si cela signifie des contrôles plus stricts ?

 

 

Mais pendant ce temps, notre société de consommation qui ne peut s'empêcher de vendre en toute légalité – au nom d'une prétendue et illusoire liberté - les objets les plus stupides et les plus inutiles comme des voitures qui roulent beaucoup trop vite et qui sont beaucoup trop grosses pour les villes, croule sous les publicités les plus bêtes et les plus mensongères pour faire croire à chaque automobiliste-consommateur, si possible jeune de surcroît, qu'il peut devenir Un Homme, un vrai, parce qu'il aurait une plus grosse voiture que son voisin… Dans la rue, dans les journaux, la voiture est partout. Mais en fait pas seulement la voiture - ce qui en soit pourrait être acceptable même si à titre personnel cela me dépasse – aussi des comportements associés à la voiture : vitesse (excessive), "évasion" (= être seul sur la route), "liberté" (= faire ce qu'on veut indépendamment des conséquences pour les autres). C'est tout cela qui est "vendu" avec la voiture, pas seulement la ferraille et les aspects pratiques.

 

 

Et je pense que ces publicités mensongères sont particulièrement dangereuses lorsqu'elles sont diffusées dans une société comme la nôtre qui considère les infractions de la route comme des banalités.

 

 

Je ne serai certainement jamais Conseiller d'Etat mais c'est vrai que c'est un des combats que j'aurais aimé mener dans un exécutif. Il y a tellement de choses à faire, y compris d'ailleurs pour faire changer l'attitude de la police à l'égard de ce type d'infractions. Ce type d'actions est considéré comme impopulaire et cela doit certainement aussi expliqué la mollesse politique et administrative qui prévaut en la matière depuis trop longtemps.

 

 

C'est terrible.

 

 

 

 

(1) Et inutile de me répondre que les cyclistes commettent aussi des infractions, etc., etc. : je le sais bien, c'est aussi inacceptable quand autrui est mis en danger mais il n'en demeure pas moins que tant par le nombre que par la vitesse et le poids, les voitures sont bien plus dangereuses que tous les vélos du monde.

 

 

00:00 Publié dans Général | Lien permanent | Commentaires (5) | |  Facebook

25/10/2007

En passant par la Place des Nations… souvenirs, souvenirs… et je pense aussi à la traversée de la Rade…

Mercredi après-midi, 18h. Je rentre de chez un client en bus. Je m'arrête à la Place des Nations avec le 5 pour prendre le 11.

Je longe le trottoir côté UIT. Je regarde la place. Je suis exactement dans l'axe de la chaise avec dans le prolongement l'entrée de l'ONU… et en me retournant, (presque ?) exactement dans l'axe de l'œuvre représentant le canon tordu ! Rien à dire, même avec les fontaines éteintes, c'est beau ! Les matériaux sont beaux, l'ensemble est beau, la chaise instable, fragile, face à l'ONU, instable, fragile faisant miroir à un canon tordu, espoir de Paix… c'est vraiment beau !

Et ça me rappelle des souvenirs.

D'abord, l'article de la Tribune le jour ou la veille de l'inauguration officielle par Ferrazzino, qui dénonçait le caractère soi-disant "provincial" de la place (regrettant l'absence d'animation mais – comme par hasard – oubliant de relever que c'est notamment en raison du TCS que cette place n'est pas davantage "piétonne").

Ensuite le Grand Conseil, avec la majorité de Droite qui se venge "à la beauf" de la Ville (je ne sais plus si c'est à cause du vote négatif au sujet du Stade) en refusant de verser le montant pourtant prévu par un accord signé entre la Ville et le Canton à ce sujet.

Aussi la Commission d'aménagement du Conseil Municipal de la Ville, qui avait étudié ce projet quand j'y siégeais. Les Verts qui voulaient – à tort à mon avis à cet endroit – une place perméable et plus "verte".

Je me souviens aussi de Philippe Joye. Qui avait fait un méga-projet pour la Place des Nations et ses alentours quand il était Conseiller d'Etat. Qui avait été refusé en votation populaire. Evidemment. Ce n'était – comme souvent avec lui – que du béton et du blabla. Philippe Joye, c'est aussi le rappel de la destruction de la Villa Blanc à Sécheron sur la parcelle dite du foyer et appartenantau promoteur Nessim Gaon et à sa famille. Au prétexte qu'une "Maison Europa", siège et ambassades européennes à Genève, allait voir le jour sur cette parcelle. La Villa Blanc a été rasée au milieu de l'été, lâchement, alors que l'autorisation de construire la Maison Europa n'avait pas été délivrée. Et que plus personne n'en a jamais entendu parler depuis que Joye n'est plus au Conseil d'Etat !  

C'était il y a fort longtemps, 1994 je pense, j'habitais à la Rue de Lausanne et j'étais pendant un certain temps président de l'association des Habitants de Prieuré-Sécheron, créée pour l'occasion, et nous étions allés contester l'autorisation de construire délivrée par Philippe Joye à Nessim Gaon pour ce projet pharaonique : l'avocat de Nessim Gaon était… Michel Halpérin et le notre était… Christian Ferrazzino… nous avons gagné.

Une fois, plus tard, quand j'étais encore Conseiller municipal en ville, manque de bol, je vais au Grand Théâtre avec les excellentes places d'apparatchiks dont on bénéficiait (ne vous inquiétez pas, cela ne m'empêche pas d'y aller toujours en payant mon abonnement à l'amphithéâtre) et j'ai comme voisin Philippe Joye… non seulement il n'a pas pu s'empêcher de me faire un commentaire élogieux sur ses propres nombreuses réalisations (lesquelles ? mystère !) en faveur de Genève, mais en plus il s'est endormi – tendance ronflements - au premier acte… Heureusement, il est parti à la pause…

Alors, quand je vois cette belle Place des Nations, réalisée et réussie, surtout en réalisant l'exploit de donner réellement une impression de continuité entre les deux côtés de la route de l'Avenue de France, je ne peux m'empêcher de penser "Bravo Ferra !" et aussi aux dernières nouvelles que nous avons eues de Joye dans la Tribune, sans aucun esprit critique me semble-t-il, sur une page entière il y a quelques mois: un projet de traversée de la Rade… et ça aussi, ça me rappelle quelque chose…

02:23 Publié dans Général | Lien permanent | Commentaires (3) | |  Facebook

Elections fédérales : punition en continu sur RSR-La Première…

Pour moi, le pire en politique, ce n'est pas les résultats – en tant que socialiste, objecteur de conscience, antimilitariste, athée, cycliste au quotidien, écolo convaincu, anticapitaliste (mais réaliste !) et patron de gauche, j'ai l'habitude de perdre des élections ou des votations – mais les commentaires "éclairés" que les médias et les journalistes trop complaisants me font subir… je n'ai pas mérité ça, même si "je perds" !

J'échappe heureusement à la télévison car je n'en ai pas depuis près de 30 ans, j'ai échappé à l'imbuvable et complaisant Décaillet sur la Première, mais mon calvaire continue. Rien à faire.

Quand Sarkozy a été élu, le lundi matin, quand mon radioréveil a sonné, j'ai entendu 30 secondes de la Première : c'était déjà trop ! On avait l'impression, pour parler vulgairement, que le journaliste pissait dans son froc de bonheur ! J'ai préféré renoncer et trouver une fréquence plus supportable… en fait la Radio suisse italienne m'a comblé : je ne comprends pas tout en italien, ça me fait bosser en douceur une langue que j'adore et c'était tellement gentil ! Pas très intéressant, mais tellement gentil !

Lundi matin 22 octobre, évidemment que je devais m'attendre au pire. Débâcle socialiste. J'ai hésité à switcher préventivement sur la Suisse italienne. Mais voilà, il faut aussi savoir affronter la réalité du néant intellectuel. Surtout quand on fait activement de la politique.
En fait j'ai anticipé, courage, courage, et ça a commencé dimanche soir vers 22h30, j'attendais le journal ; je tombe directement sur Weiss, non élu, qui vient nous décrire avec des trémolos dans la voix – en fait des larmes qu'il devait retenir en raison de sa non-élection, contrairement à Luscher – la catastrophe dans laquelle ce nouveau parlement va plonger la Suisse (en fait il faut comprendre la catastrophe qu'on mérite pour avoir osé ne pas l'élire à Berne). Journaliste complaisant, qui prend acte, qui ne rétorque pas, qui ne pose aucune question sur la permanente ambiguïté des Libéraux face à l'UDC (d'ailleurs Luscher est bien plus direct : il est pour des alliances avec l'UDC, sans état d'âme) ou sur la contradiction des propos qui dénoncent la surenchère sécuritaire alors que lui et Luscher ont chacun déposé courant octobre un projet de loi sécuritaire – et surtout électoraliste - digne de l'UDC !
Lundi matin, ça recommence : le réveil sonne, on me fait ingurgiter dès 6h30 "comme expert" pour commenter les résultats et l'avenir de la Suisse, Xavier Comtesse, la tarte à la crème du néolibéralisme helvétique : comment un individu qui ne parle que de démanteler l'Etat peut-il être amené à commenter l'avenir d'un pays en tant qu'expert ? Son discours sur les écolos "tout les partis sont écologistes" est une ânerie parmi d'autres qu'il nous a fait entendre et il recommence ! Au secours ! J'agonise !
Mais ce n'est pas fini : à 7h, avant ou après, peu importe, c'est l'annonce de l'invité de la semaine : banco ! Jean Romain, en fait il s'appelle Puttallaz, le prof de collège, "philosophe" couchepinien, antisocialiste aigri primaire qui veut revenir à l'école du XIXème siècle. Je ne peux pas écouter ça, c'est vraiment trop. Mais je me demande quand même si c'est conforme à l'éthique journalistique que de passer la pommade quotidiennement à un membre du comité de la SRT Genève, soi-disant chargé de veiller à la mission de service public de la TSR !
PS (c'est le cas de le dire) : je tombe en début de semaine sur un article du Temps qui explique les courants du Parti Socialiste, avec d'un côté les "syndicalistes" et de l'autre les "réformateurs". Je pense, comme pour les moutons, que les mots sont très importants : comment oser présenter le Parti sous cette forme ? Car le sous-entendu est évident : les "syndicalistes" n'étant pas les "réformateurs", ils sont non-réformateurs, donc conservateurs, donc archaïques. Ce qui est totalement faux. La TdG écrit d'ailleurs le même article sans utiliser ces termes. Et donc si il y a bien un courant fort issu du monde syndical et d'autres sensibilités venant d'autres horizons (dont je fais partie, comme p.ex. les socialistes qui viennent des milieux de la défense des locataires, ASLOCA notamment), il y a dans chacun de ces courants des conservateurs et des réformateurs. C'est un débat permanent entre les idéaux, le mythe du passé (en réalité la Suisse a toujours été un pays conservateur de Droite mais certains l'oublient) et le pragmatisme. Et la capacité de chacun d'entre nous à accepter des idées nouvelles.
Jean Romain : à part Google, allez jeter un coup d'œil p.ex. sur http://www.ssp-vpod.ch/ssp/go.pl?p=http://www.ssp-vpod.ch/ssp/ge31.htm et vérifiez qu'il est bien membre du comité de la SRT Genève, qui se présente comme "un relais « démocratique »" en expliquant "Qualité, indépendance, sens du service public, proximité, voilà quelques mots-clé tirés des statuts de la tsr et de la rsr, et qui sont autant de valeurs défendues  par des acteurs professionnels engagés et qui ont pour ambition de les garantir et de les préserver. C’est aussi le rôle des SRT, qui ont pour but de représenter et de défendre, au sens large, les intérêts des téléspectateurs et des auditeurs" sur http://www.rtsr.ch/rtsr/?rub=menus&&menu=2&idpere=57&sous...
Xavier Comtesse : rien à proposer d'intéressant comme ça sur le pouce, complaisance à tous les étages sur Google ! Par contre, j'ai appris qu'il a animé le séminaire organisé par le DES, le Département de l'Economie et de la Santé du canton de Genève, fin août-début septembre en Valais : je me demande comment et pourquoi il a été choisi pour cette tâche et je me demande aussi si il a été payé – et donc combien et par qui le cas échéant – pour ce ménage…
PS1 : Sur la Première, entendu Roger Guignard ce mercredi matin pleurer sur le traitement médiatique accordé à la Suisse après les élections : ben tiens ! Les Suisses auraient peur ! Et cela suffirait à justifier un vote UDC ? Il y a effectivement de quoi être inquiet de notre avenir, à part peut-être si on est millionnaire comme de nombreux dirigeants de l'UDC, travail, éducation, santé, avenir, mondialisation, rien n'est simple ! Mais cela ne justifie par pour autant les choix simplistes et xénophobes !

01:28 Publié dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

07/10/2007

Inauguration Mill'o : musiques et danses

MOV00018.avi

africaines de l'association Afri-ca-rouge mettent le Millénaire en transe !

11:01 Publié dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

06/10/2007

Encore!

MOV00015.avi


20:41 Publié dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Trop top!

MOV00014.avi


20:39 Publié dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Inauguration Mill'o : Nadia Makhlouf et ses danses arabes...

MOV00013.avi

.... enflamme la nuit de Plan-les-Ouates !

20:36 Publié dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Inauguration Mill'o : quel bonheur !

MOV00011.avi

Mais c'est trop!

17:27 Publié dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Inauguration Mill'o : Diabolux, le roi du diabolo !

MOV00010.avi

Il est trop fort ce diabolux !

17:24 Publié dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Inauguration Mill'o :

c'est la ruée sur les crèpes du locados !

16:59 Publié dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook