07/03/2016

Plage des Eaux-Vives : prévoyons déjà d'améliorer le projet!

A l'occasion de la présentation du nouveau projet de Plage des Eaux-Vives, avec une "lagune" conforme aux souhaits du WWF, l'Etat et les médias ont évoqué le fait que les dissensions entre les partisans et les opposants à la Plage des Eaux-Vives étaient "aplanies". Il n'en n'est rien.

En tant qu'ancien membre du comité de l'Association des Amis de la Plage et de partisan de longue date du développement des espaces publics permettant l'accès – gratuit et convivial – au lac, en particulier à proximité du centre de Genève, je pense que le nouveau projet souffre de défauts avérés et qu'aucun consensus n'existe réellement.

Mais les dissensions auront l'occasion de pourrir dans la vase de la lagune… car le projet actuel, même mauvais, est préférable au fait de perdre encore 10 ans en procédures entre le WWF et l'Etat.

Plage des Eaux-Vives, lagune, WWF, Etat, Barthassat, protection de l'environnemnet, biotope,

Lire la suite

25/06/2015

Le vélo, ce mal-aimé, méprisé et oublié. A longueur d'année.

A Genève, chez Luc Barthassat au niveau cantonal mais aussi chez Rémy Pagani au niveau de la Ville de Genève, et comme dans d’autres communes, le vélo est toujours systématiquement oublié et mis de côté. Ou mis « après » tous les autres modes de déplacement.

Ce n’est pas nouveau en réalité, j’aurais pu écrire ce blog il y a 10 ans, il y a 5 ans ou il y a 6 mois… car rien ne change fondamentalement, malgré quelques lueurs d’espoir en la matière de-ci, de-là au fil des années... mais sans progrès majeurs en réalité.

Pas (forcément) qu'on soit officiellement contre le vélo (en tout cas dans les discours, surtout qu'il fait toujours bien quand on parle de développement durable) mais, concrètement, dans la réalité des faits, on l'oublie, on le met de côté et, quelque part, on s'en fiche complètement dirait-on.

Lire la suite

24/09/2014

Finances cantonales genevoises et traversée de la rade : soyons pour une fois sérieux !

En 2009, un an après la crise des subprime, alors que la dette cantonale genevoise dépassait déjà 10.7 milliards de francs, une majorité PLR-PDC-UDC-MCG et Verts du Grand Conseil votait les yeux fermés, à quelques mois des élections cantonales, une baisse d’impôts dont l’impact était déjà évalué à près de 400 millions de francs par an en moins pour le canton et 100 millions de francs par an en moins pour les communes genevoises.

Résultat des courses : de 10.5 milliards en 2010, la dette cantonale genevoise atteint près de 13 milliards de francs fin 2013 !

Lire la suite