15/08/2013

Front républicain contre le MCG cet automne ? Rupture possible des négociations secrètes entre l’Entente et le MCG en réalité !

En lisant l’article du Courrier relatif à une rumeur d’alliance républicaine cet automne, j’ai finalement compris d’où elle venait...

Depuis plus d’un an, le MCG se comporte au Grand Conseil comme un véritable larbin de l’Entente, votant avec elle propositions antisociales après propositions antisociales, cadeaux aux riches après cadeaux aux riches et ne défend d’aucune façon les intérêts des petites gens, des « exclus du système » qu’il prétend défendre.

Genève, Entente, MCG, UDC, Elections cantonales, Conseil d'Etat


Lire la suite

28/01/2011

Elections municipales en Ville de Genève : les dangereuses suggestions de Pascal Décaillet, le pape des lemmings de droite…

Dans sa chronique de la Tribune de Genève du jeudi 16 décembre, Pascal Décaillet, journaliste à l’indépendance d’esprit inversement proportionnelle à son auto-proclamation, entonne une fois de plus la chanson de la respectabilité de l’extrême-droite genevoise, MCG et UDC. Il a d’ailleurs récemment réitéré son appel à l’union contre-nature, glorifiant le conducator du parti le plus mensonger, démagogique et dangereux de notre canton.

Lire la suite

18:40 Publié dans Général | Lien permanent | Commentaires (5) | Tags : politique, genève, élections municipales, mcg, udc, entente, décaillet, lemming, pape | |  Facebook

29/04/2008

Majorité électorale (1) : fantasmes, dangers et… arithmétique…

Depuis la réélection de M. Zappelli au poste de Procureur général, les commentaires vont bon train quant à la possibilité d'obtenir une double-majorité de droite Conseil d'Etat-Grand Conseil en 2009. Et certains commentateurs plus agités en déduisent même que cette majorité de droite est aussi possible en Ville de Genève.

 

Hier encore, il me semble avoir lu dans la Tribune , sous la plume conservatrice intégriste de M. Décaillet, une sorte d'appel – un ordre de marche en fait – au PDC, les invitant à ranger leurs états d'âme et à conclure, bien sagement, une alliance nationale, un front uni, de la droite….ET de l'extrême-droite. Et c'est bien là le problème : peut-on affirmer, après les résultats de l'élection de dimanche 20 avril, que la droite est majoritaire ? Ou plutôt : différemment majoritaire ? Car il ne faut pas se faire d'illusions : la droite EST majoritaire au niveau cantonal (67 député-e-s de droite et d'extrême-droite, occupés à plein temps parlementaire à démanteler l'Etat, à supprimer des prestations sociales et à baisser les impôts pour les riches…). Mais le problème, pour les plus conservateurs et les plus rétrogrades des commentateurs, est que cette majorité est RELATIVE : 23 libéraux, 12 PDC, 12 Radicaux, soit 47 députés sur 100, moins que 51. Pour obtenir une majorité ABSOLUE au Grand Conseil, il manque 4 sièges à la droite, soit un apport de voix de l'UDC (10 sièges) ou MCG (7 sièges). L'idéal pour les commentateurs conservateurs, serait évidemment de combiner cette majorité relative au Grand Conseil avec une majorité au Conseil d'Etat. Et là, il s'agit bien d'un scrutin élu selon au système majoritaire et pas d'une proportionnelle… Donc, pas de miracle, selon la donne actuelle, la droite traditionnelle doit s'allier avec l'extrême-droite de  l'UDC pour obtenir une majorité au Conseil d'Etat !

 

Est-ce un calcul raisonnable ? La droite, doit-elle s'allier à l'UDC pour obtenir une majorité au Conseil d'Etat. ? Certes, à leur habitude, les Libéraux, sont prêts à tout pour avoir du pouvoir et surtout faire avancer encore plus vite tous leurs projets de démantèlement de l'Etat et de privatisations, prêts à vendre leur âme, prêts à renier leurs idéaux… Et ils pensent pouvoir compter sur la docilité habituelle et le suivisme de leurs cousins radicaux… Donc, la clé de cette nouvelle majorité conservatrice passerait par le ralliement des PDC…

 

Mais en fait, ces beaux calculs occultent deux problématiques :

 

- Contrairement à ce qu'on peut parfois penser, il existe des Radicaux, des vrais, qui ont encore le sens de l'intérêt général, de l'Etat fort, au noble sens du terme, qui sont de véritables républicains attachés aux valeurs fondatrices de nos démocraties. Pas des libéraux qui ne vivent - politiquement - que dans le but de démanteler l'Etat pour épargner les impôts des plus riches, pas des extrémistes de droite de l'UDC qui ne vivent que pour attiser la haine de l'autre, pour dénigrer celles et ceux qui – souvent indépendamment de leur volonté – n'ont pas eu les mêmes opportunités de réussir de brillantes carrières dans la finance, le droit ou l'immobilier et finalement – c'est quand même un comble pour de véritables libéraux ! – revenir à une société conservatrice, rétrograde et répressive à l'égal de celle des Mollahs iraniens !

 

- Une majorité absolue au Conseil d'Etat, composée de la droite et de l'extrême-droite est-elle plus viable et plus forte qu'une minorité soutenue par une majorité relative au Grand conseil ? En réalité, la proximité d'idées entre l'UDC, les Libéraux, les Radicaux et les PDC est assez faible… A part sur des grands principes idéologiques comme les baisses d'impôts en faveur des plus riches, les convergences risquent d'être rares… Et même en matière fiscale, les limites sont aussi déjà bientôt dépassées pour les milieux économiques proches des partis de droite : quand l'Etat exsangue ne construira plus de routes, plus d'écoles, plus d'équipements publics, quand les appels d'offres selon les procédures de marchés publics se feront encore plus au détriment des entreprises genevoises (qui ont légitimement des coûts de production plus élevés que dans la plupart des autres cantons suisses ou dans les pays limitrophes), je ne suis pas certain que ces mêmes milieux soutiendront encore cette politique du pire…

 

En réalité, et contrairement à ce que prétendent les commentateurs archaïques, le Progrès passe par un renouveau de la politique "à la Suisse ", en cherchant des accords autour de valeurs qui permettent de réformer, de moderniser l'Etat et les conditions-cadre de l'économie.

 

La politique du compromis est préférable à la politique du pire !

 

 

22:43 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (10) | Tags : genève, politique, entente, gauche, droite, élections, majorité | |  Facebook