Voie verte, le verdict : c’est raté. (25/03/2019)

(Mais, si nous le voulons, nous pouvons rapidement corriger ses erreurs !)

Cycliste urbain non-électrique (presque) au quotidien depuis plus de 25 ans, député pendulaire cycliste entre Plan-les-Ouates et l’Hôtel-de-Ville pendant près de 15 ans, et membre de longue date du comité de Provélo, où le sujet revient régulièrement animer nos séances, je n’avais pas encore eu l’occasion d’emprunter la Voie verte avant ce samedi 23 mars 2019. Le congrès du Parti socialiste genevois qui se tenait à la salle communale de Thônex m’en a donné l’occasion. Plan-les-Ouates-Thônex et retour. Voici le verdict et mes propositions pour corriger rapidement le tir.

Pétition voie verte, piste cyclable 2x2 voies, réaménagement, canton, communes, Genève, Ville de Genève, Chêne-Bourg, Chêne-Bougeries, Thônex, CFF

Passons sur le fait que même si la Voie verte existe bien depuis plusieurs mois, elle n’est tout simplement pas indiquée en Ville sur des panneaux de signalisation pour les cyclistes : impossible de savoir, quand on vient de loin et qu’on ne connaît pas le quartier, où elle commence et où on peut l’emprunter… mais, bref, je savais quand même que ça devait être du côté de la Gare des Eaux-Vives…

…Une fois trouvée, il faut bien reconnaître que cette Voie verte est un instrument de mobilité moderne extraordinaire, qui manque cruellement à Genève et qui, dans un premier temps, m’a rappelé les remarquables voies pour cyclistes qu’on peut rencontrer par exemple à Copenhague : un site propre (au moins théoriquement), un bitume de qualité, soit tout ce qu’il faut pour utiliser la bicyclette, même non électrique, sur des distances plus conséquentes dans de bonnes conditions.

Mais, dès les premiers mètres, il faut déchanter : si l’aménagement est joli, si la Voie verte est un progrès indéniable par rapport à des pistes ou bandes cyclables plus ou moins pourries et discontinues en bordure de route, sa réalisation est véritablement ratée.

On peut penser que celles et ceux qui ont proposé cet aménagement ou qui l’ont, au final, choisi, n’étaient pas des cyclistes au quotidien, ou en tout cas pas des experts de la mobilité douce. Car les erreurs de conception sont évidentes pour n’importe quel cycliste du quotidien.

D’abord, la largeur de la piste cyclable : alors que la Voie verte vise à créer un itinéraire rapide, sûr et direct sur une distance conséquente, il est absurde de n’avoir prévu qu’une bande de bitume biridirectionnelle, qui ne permet que le croisement des cyclistes sur des vélos « normaux », mais qui devient déjà plus problématique quand, comme cela m’est arrivé, on croise un vélo électrique lancé à grande vitesse, ou un vélocargo : le croisement est possible mais inconfortable et potentiellement même dangereux lorsque par exemple 2 vélocargos ou 2 vélos avec des charrettes se croisent, notamment parce que les bordures de la piste cyclable n’offrent pas de bonnes conditions de sécurité lorsqu’elles sont franchies.

Pétition voie verte, piste cyclable 2x2 voies, réaménagement, canton, communes, Genève, Ville de Genève, Chêne-Bourg, Chêne-Bougeries, Thônex, CFF

Sur un tel aménagement, avec le boom des vélos électriques qui est quand même connu depuis un certain nombre d’années, il aurait été évident de prévoir une largeur permettant aussi les dépassements, entre les adeptes volontaires de la lenteur dont je fais partie, et les adeptes plus ou moins kamikazes des vélos électriques, la différence de vitesse justifie à elle seule l’évidence de la réalisation d’une piste cyclable bidirectionnelle de 2x2 voies !

Mais ce n’est pas tout : la réalisation de la partie piétonne en pierre concassée a plusieurs impacts sur la partie cyclable. D’une part, tous les adeptes d’autres formes de mobilité douce, trottinettes, rollers, inline, etc., ne peuvent qu’utiliser le bitume de la piste cyclable, la partie piétonne étant infranchissable pour la moindre petite roulette. Et, je l’ai observé ce samedi, il en va de même pour les enfants qui veulent jouer ou se balader avec une trottinette ou un petit vélo : ils ne peuvent pas pratiquer ces jeux ailleurs que sur la piste cyclable !

Plusieurs cyclistes me l’ont également expliqué, en cas de pluie, c’est encore pire: pour éviter la gadoue sur les chaussures, les piétons utilisent aussi la piste cyclable.

Résultat des courses : une piste cyclable bidirectionnelle surchargée et inutilement rendue dangereuse alors que la largeur totale de l’espace de la Voie verte permettait de concevoir un aménagement bien plus intelligent et fonctionnel.

Pétition voie verte, piste cyclable 2x2 voies, réaménagement, canton, communes, Genève, Ville de Genève, Chêne-Bourg, Chêne-Bougeries, Thônex, CFF

Ainsi, aujourd’hui, la partie piétonne, lente, impraticable avec la petite moindre roulette et inconfortable en cas de pluie, est plus large que la piste cyclable en bitume.

De plus, de façon totalement incompréhensible, un caprice esthétique coûteux, a conduit à séparer la piste cyclable de la partie piétonne par une bande de cailloux de 30cm à près d’1m de large, délimitée de tout son long par de petites bordures métalliques qui se révèlent être comme des couteaux mal aiguisés mais toujours plus apparents, pour les pneus des vélos. Ces espaces de cailloux sont en plus absurdes en termes de sécurité car leur irrégularité les rend impraticables pour des cyclistes qui devraient éviter un obstacle ou s’éloigner légèrement pour se croiser sans danger.

Pétition voie verte, piste cyclable 2x2 voies, réaménagement, canton, communes, Genève, Ville de Genève, Chêne-Bourg, Chêne-Bougeries, Thônex, CFF

Et je n’ose imaginer le coût de cette réalisation particulièrement inutile de petites bordures métalliques sur ces kilomètres…

S’agissant des possibilités de croisement ou d’évitement d’obstacles, notons également l’aberration que constitue, en certains endroits, la pose de gros blocs de rochers taillés immédiatement en bordure de la piste cyclable : en cas d’évitements de dernière minute, de piste cyclable rendue glissante, les dangers sont avérés.

Pétition voie verte, piste cyclable 2x2 voies, réaménagement, canton, communes, Genève, Ville de Genève, Chêne-Bourg, Chêne-Bougeries, Thônex, CFF

Je reviendrai encore brièvement sur le concept de Voie verte : y a-t-il eu un malentendu ? Alors qu’on parle, exemples concluants à l’appui, de la mobilité douce et en particulier du vélo comme d’un véritable moyen de transport, non polluant, non bruyant et particulièrement bon en termes de santé publique et de lutte contre les maladies liées à la sédentarité (le vélo au quotidien serait d’ailleurs nettement plus utile et sain pour les élèves que la 3ème heure de gym en plus par semaine avec des parents qui emmènent leurs enfants en voiture à l’école…), la Voie verte a-t-elle été imaginée par certains comme un lieu de promenade nonchalante, plutôt que comme une première voie rapide pour les cyclistes ? Un peu comme si au moment de réaliser la première autoroute, on avait mis un trottoir sur la bande d’arrêt d’urgence ? Cette ambiguïté doit être levée sans tarder : la Voie verte DOIT être une première voie rapide, sûre et efficace pour les cyclistes du Grand Genève, pas un gadget touristique pour les promenades du dimanche !

Alors, quand on voit qu’à chaque intersection de routes, les vélos perdent la priorité pour la laisser au trafic essentiellement motorisé qui circule sur les voies perpendiculaires, il y a de quoi se poser des questions : dans une agglomération congestionnée et étouffée par le trafic automobile, ne serait-ce pas temps de donner, par choix en termes de rationalité économique et écologique, systématiquement la priorité à la mobilité douce pour l’encourager massivement ? La réponse devrait être clairement OUI, sans tarder, car même les automobilistes réellement dépendants de leur voiture, avec moins de trafic, en sortiraient gagnants !

Pétition voie verte, piste cyclable 2x2 voies, réaménagement, canton, communes, Genève, Ville de Genève, Chêne-Bourg, Chêne-Bougeries, Thônex, CFF

Au vu de ce qui précède, il est donc urgent de corriger les erreurs de la Voie verte, même si cela entraîne des surcoûts. Cette première Voie verte genevoise doit être vue comme un prototype, initialement mal conçu, mais qui peut facilement être amélioré pour répondre à satisfaction aux besoins, tout en renforçant la qualité et la sécurité de l’équipement.

Il faut donc réaliser sans tarder et en priorité 2 x 2 voies pour la piste cyclable, une bande de bitume aussi sur la partie piétonne et supprimer la dangereuse bande de cailloux bordée de métal coupant qui sépare aujourd’hui la piste cyclable de la partie piétonne.

Pour accélérer ces modifications, je vous propose de déposer une pétition auprès des autorités cantonales et communales concernées, ainsi qu’auprès des CFF, pour demander ces modifications.

Cette pétition pourrait ressembler au projet ci-annexé que j’ai intitulé « Pour une Voie verte plus sûre et plus rapide ».

 PROJET Pétition Voie verte-Pour une Voie verte plus sûre et plus rapide.pdf

Et il faut agir sans tarder, on connaît la fâcheuse habitude genevoise de laisser traîner les dossiers et les solutions insatisfaisantes durant des années !

Pétition voie verte, piste cyclable 2x2 voies, réaménagement, canton, communes, Genève, Ville de Genève, Chêne-Bourg, Chêne-Bougeries, Thônex, CFF

 

09:43 | Lien permanent | Commentaires (32) | |  Facebook