Coronavirus et reprise des dépistages systématiques : vers une mise en oeuvre économiquement catastrophique ?

Imprimer

Ce mercredi 29 avril 2020, le Conseil fédéral a annoncé la reprise d'une politique de tests systématiques pour détecter les personnes contaminées.

Il faudrait évidemment saluer cette décision mais, malheureusement, la Confédération agit une fois de plus - après le #parmelicide - de façon scandaleuse, en refilant la patate chaude financière aux cantons, sans rien prévoir pour assurer la gratuité des tests ou des allocations pertes de gain pour les personnes mises en quarantaine préventive.

Ce qui pourrait se révéler catastrophique au niveau économique pour les personnes aujourd'hui déjà précarisées et dans des situations financières intenables.

 

coronavirus, dépistage, coût, indépendant, salarié, précarité, apg, assurance maladie, lamal

Ainsi les mises en oeuvre cantonales, sans surprise, varient : les tests au drive-in vaudois d'Yverdon coûteraient 120 francs, tandis que le Conseil d'État genevois a annoncé hier qu'ils coûteront 95 francs à Genève...

Notons que si le test est négatif et que vous ne présentiez aucuns symptômes, les tests seront à votre charge... et, dans le cas contraire, ce sera quand même aussi le cas pour de très nombreuses personnes puisque ces tests sont "pris en charge"... par l'assurance maladie de base... résultat des courses : si vous avez une franchise élevée, 2'500 francs par exemple, vous devrez en réalité aussi payer le test... puisque ce Conseil fédéral de larbins n'a pas pris la décision de contraindre les caisses maladie à rembourser les tests indépendamment des franchises.

Et ce n'est pas terminé... à Genève, le Conseil d'État a fixé la quarantaine préventive en cas de contact avec une personne contaminée à... 10 jours.

coronavirus, dépistage, coût, indépendant, salarié, précarité, apg, assurance maladie, lamal


D'un point de vue sanitaire, on peut éventuellement (je ne me prononcerai pas sur la durée, ni sur d'éventuelles alternatives) comprendre la logique de cette mesure... mais il est incompréhensible que cette mesure ne s'accompagne pas d'un mécanisme de pertes de gain : comment vont faire les indépendant.e.s ou salarié.e.s précaires pour survivre économiquement en étant 10 jours sans revenus, alors même qu'ils sont peut-être négatifs mais qu'ils ne peuvent pas travailler ?

Coiffeurs, restaurateurs, travailleurs précaires, etc., il serait urgent que cette mise en oeuvre soit rapidement clarifiée et complétée par le Conseil d'État car sinon vous risquerez la faillite encore plus rapidement qu'aujourd'hui... d'autant plus que rien n'empêche des tests et des mises en quarantaine successives si vous avez le malheur d'avoir été en contact avec plusieurs clients atteints par le coronavirus...

... et sans compter qu'il se pourrait que les tests et les quarantaines s'appliquent aussi aux membres de votre famille...

Quant à la réouverture des écoles, même question : que se passera-t-il en cas de test positif d'un élève ou d'un enseignant ? Tous les  autres élèves de la classe seront-ils mis en quarantaine et testés à leurs propres frais ?

La décision de la Confédération de refiler la patate chaude financière aux Cantons, sans même forcer les caisses maladie à prendre en charge l'entier des coûts de ces tests, indépendamment des franchises, est véritablement scandaleuse, mais il ne suffit pas de pleurer et d'accuser les autres.


Il est donc URGENT que le Conseil d'État genevois décrète la gratuité des tests effectués dans le cadre du dépistage systématique ET qu'un mécanisme de pertes de gains soit créé pour les périodes de quarantaines préventives !

Les députés genevois doivent si nécessaire aussi intervenir en urgence pour que ce soit le cas et ne pas précariser encore davantage les indépendant.e.s et les travailleurs précaires !

Quant aux élu.e.s fédéraux, ils doivent aussi revenir à la charge pour que la Confédération assume les coûts du dépistage systématique, celles et ceux qui veulent la reprise économique à marche forcée doivent aussi en payer le prix !

 

20200420_170812.jpg

Lien permanent Catégories : covid-19 1 commentaire

Commentaires

  • Comment sont payés les personnes vulnérables que l'on ne peut employer ? Par l'employeur nous dit-on. Bien. Et comment fait une association pour payer cette personne et celle qui la remplace, soit deux salaires au lieu d'un ?

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel